/sports/racing
Navigation

Les pilotes se rangent derrière... Ranger

Les pilotes se rangent derrière... Ranger
Andréanne Lemire/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Ils ont beau être des adversaires coriaces sur la piste, des pilotes de la série NASCAR Pinty’s, contactés par Le Journal de Montréal, se disent profondément désolés de constater que le nom d’Andrew Ranger sera probablement rayé de la liste des engagés en 2020.  

• À lire aussi: Un champion sans volant 

  

Les pilotes se rangent derrière... Ranger
Andréanne Lemire/Agence QMI

  

La perte de son commanditaire MOPAR, cette filiale de Chrysler qui a confirmé ses intentions de mettre un terme à toutes ses ententes de financement en raison de la COVID-19, lui coûte son volant dans la série canadienne NASCAR Pinty’s en 2020.   

Pour un, Alexandre Tagliani, souhaite la meilleure des chances à un rival avec qui il a eu des discussions très musclées sur les circuits dans le passé.  

  

Les pilotes se rangent derrière... Ranger
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

  

« Je lui ai envoyé un texto d’encouragement, a dit le pilote de Lachenaie, en entrevue téléphonique au Journal. Je me suis retrouvé dans cette situation à maintes reprises dans le passé et c’est très frustrant.   

« Je le respecte énormément, a indiqué Tagliani, et tu n’aimes jamais perdre un compétiteur de son calibre qui contribue à la popularité de son sport. Andrew est un acteur principal de notre championnat. »   

Tagliani avait procédé au lancement de sa nouvelle voiture dans le cadre du Salon de l’auto de Québec le 3 mars dernier avant que la pandémie ne se manifeste au pays.   

« Il faut garder espoir, dit-il. Quand ça va repartir, j’ai cette impression que les amateurs vont avoir le goût de retourner aux courses ou de regarder tout autre sport. Je veux croire qu’on va réussir à s’en sortir. C’est pour ça qu’on fait plein de sacrifices actuellement. »   

Des fleurs pour le Canada  

Double champion de la série NASCAR Pinty’s, Louis-Philippe Dumoulin a tenu le même discours que Tagliani.   

« Je n’ai pas aimé apprendre qu’Andrew avait perdu son commanditaire, a reconnu le pilote de Trois-Rivières. Je reste positif. Je pense que la situation au Canada est moins pire qu’ailleurs dans le monde. Les autorités de notre pays ont adopté les bonnes mesures.   

« Andrew a gagné le championnat l’an dernier et ça serait très dommage pour la série qu’il ne soit pas là, a renchéri Dumoulin. J’ai toujours eu beaucoup de plaisir à l’affronter, on se respecte beaucoup. On veut de la bonne compétition, Andrew fait partie des meilleurs. Pour que notre série soit en santé, ça prend des pilotes comme lui. »   

Pour l’instant, la première épreuve de la série NASCAR Pinty’s, prévue le 17 mai à Mosport, en Ontario, n’a pas encore été reportée. La séance d’essais privés, ouverte à toutes les écuries et qui devait avoir lieu le 29 avril, a toutefois été annulée.   

Camirand moins inquiet  

De son côté, Marc-Antoine Camirand, également contacté par Le Journal, se dit moins inquiet que Ranger.   

  

  

«On s’est parlé samedi, a affirmé le pilote de Saint-Léonard-d’Aston, pour lui dire que j’étais très déçu pour lui. Il est un acteur principal de notre série.   

«Ce n’est pas drôle ce qu’il vit et j’imagine qu’il ne sera pas le dernier à subir un tel sort. Dans mon cas, j’ai récemment communiqué avec mon commanditaire, Jean-Claude Paillé (concessionnaire GM Paillé à Berthierville), qui s’est montré rassurant. Disons que je moins inquiet qu’Andrew.»   

Camirand se demande quand la saison de la série NASCAR Pinty’s va commencer.   

«Je ne sais pas ce qui va se passer, s’interroge-t-il. Va-t-on avoir un début de saison ou une saison tout court ? Ce serait surprenant que tout commence en mai comme prévu.»   

Des décisions déchirantes  

Les temps à est la réflexion pour Donald Theetge qui, en compagnie de son frère Benoît, dirige un réseau prospère de quatre concessions automobiles dans la région de Québec.   

  

  

Après deux saisons à temps plein en série NASCAR Pinty’s, il a choisi de limiter son horaire de courses aux épreuves disputées sur les tracés ovales et, peut-être, le Grand Prix de Trois-Rivières au août.   

«C’est difficile pour tout le monde et on n’y échappe pas, avoue-t-il. On suit la situation de près, tout en respectant les consignes. On avait maintenu un bon volume de ventes, mais tout a été interrompu jusqu’au 13 avril sur ordre de notre premier ministre.   

«Si cette date butoir est prolongée, renchérit-il, on aura des grosses décisions à prendre. La série NASCAR Pinty’s, c’est une affaire de gros sous. On souhaite tous courir le plus rapidement possible, mais l’important c’est la santé de tout le monde. »   

Avec Ranger ?  

Theetge a quitté l’écurie de Scott Steckly l’an dernier pour se joindre à une nouvelle organisation orchestrée par David Wight, une figure connue en NASCAR.   

«Si notre entente concerne les courses sur ovales, je ne verrais pas pourquoi les services d’Andrew (Ranger) ne seraient pas sollicités en circuit routier. Je serai très flatté de le voir rejoindre notre organisation.   

«David et Andrew ont collaboré dans le passé, a rappelé Theetge. Je suis certain qu’il feront tous les efforts possibles pour se retrouver.»   

 Theetge se réjouit lui aussi des démarches menées au Québec et au Canada pour contrer la pandémie.   

«On donne l’exemple, dit-il. Peut-être que les courses NASCAR vont commencer plus tôt au Canada qu’aux États-Unis ? Ce serait une belle occasion pour un réseau comme TSN de présenter nos courses en direct sur leurs ondes ?».   

Lacroix peu optimiste  

Également contacté par Le Journal de Montréal, Kevin Lacroix, un autre ténor de la série NASCAR Pinty’s, s’est montré, lui, peu optimisme sur la suite des choses.   

  

  

«En toute franchise, a-t-il relaté, je ne crois pas qu’on aura une saison. Je ne suis pas dans le domaine de la santé, mais on réalise qu’on est au début de la pandémie. La situation va évoluer.   

«L’important, c’est de ralentir la propagation et de trouver éventuellement un vaccin. Or ce vaccin, ça va prendre un an pour le trouver. Je pense que tout rassemblement sera impossible pendant ce temps-là. C’est mon opinion.»   

Lacroix, comme certains autres, n’est toutefois pas inquiet pour son parcours en NASCAR.   

«Notre contrat est encore valide, explique-t-il. On n’a parlé à nos commanditaires et tout est en place. Nous sommes plus dépendants du calendrier.»