/news/coronavirus
Navigation

Les points de contrôle sont bien reçus par la population

Coup d'oeil sur cet article

Au lendemain de la quasi-fermeture de huit régions du Québec, les points de contrôle étaient globalement bien accueillis par la population dimanche.  

• À lire aussi: COVID-19: 2840 cas confirmés au Québec, aucun nouveau décès  

• À lire aussi: Fermeture de régions: important point de contrôle à Stoneham  

• À lire aussi: Fermeture de la région: une décision saluée au Saguenay–Lac-Saint-Jean  

Au point de contrôle de Stoneham, dans la région de Québec, le message passait de mieux en mieux au fil de la journée. Seulement le quart des citoyens ont dû rebrousser chemin pour des motifs de déplacement non valables.  

Tout se passait aussi bien du côté aux contrôles de La Tuque, en Mauricie, et de La Pocatière, dans le Bas-Saint-Laurent.  

Dans chacune des régions, les policiers exercent un pouvoir discrétionnaire pour mettre en application l’ordonnance du gouvernement.  

Au pourtour du Saguenay Lac-Saint-Jean, huit points de contrôle ont été érigés alors qu’au Bas-Saint-Laurent, cinq ont été mis en place. Sur la route 132 entre Cap-Chat et Les Méchins, la Sûreté du Québec enregistrait une moyenne d’environ dix véhicules à l’heure. La majorité d’entre eux circulaient en raison de leur emploi figurant parmi la liste des services essentiels.  

Cette nouvelle mesure est somme toute bien accueillie par les citoyens et les élus qui y voient l’importance d’assurer la sécurité de la population.  

Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, tenait d’ailleurs à souligner l’importance de la fermeture de certaines régions pour le bien-être des citoyens.  

«Dans les circonstances, pour protéger la région d'une croissance de l'épidémie, je pense que c'est la meilleure chose à faire. Maintenant, il faut que la population le respecte et je sens que la population le respecte», a-t-il déclaré à TVA Nouvelles.  

Les points de contrôle demeureront en fonction jusqu’à nouvel ordre.  

Les gens qui tentent d’entrer ou de sortir des régions visées doivent présenter une preuve de résidence et expliquer la raison de leur déplacement. Les policiers doivent s’assurer qu’ils n’ont pas de symptômes de la COVID-19.  

Seuls les déplacements pour des services essentiels, humanitaires ou encore pour des soins de santé sont autorisés. 

À VOIR AUSSI