/news/coronavirus
Navigation

Manque de protection: «Les infirmières intubées ne soignent pas»

Coup d'oeil sur cet article

Le président du Syndicat des professionnelles en soins de Chaudière-Appalaches, Laurier Ouellet, dénonce le manque de protection pour le personnel en soins de la région.   

• À lire aussi: Six aînés infectés, une vingtaine d'infirmières en contact  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie de COVID-19  

• À lire aussi: Justin Trudeau fait le point sur la pandémie de COVID-19  

Ce dernier réagit au fait qu’une vingtaine d’infirmières de l’Hôtel-Dieu de Lévis ont été retirées de leur milieu de travail et placées en isolement après avoir été en contact avec un résident du Manoir Liverpool infecté à la COVID-19.    

«Présentement, les équipements sont sous clé et rationnés. Ce que je sais, c’est qu’il y a eu un mot d’ordre qu’il fallait en donner seulement deux par quart de travail par infirmière, infirmière auxiliaire ou inhalothérapeute. Ça n’a aucun bon sens», critique le président du syndicat.    

Rationner les masques   

Laurier Ouellet a commandé des masques en ligne afin de montrer qu’ils ne sont pas réellement en rupture de stock.    

«Ces masques-là, à l’heure actuelle, le gouvernement dit qu’il y a une rupture. J’en ai commandé sur Amazon et je vais les recevoir demain. J’en ai 500 qui rentrent», affirme-t-il.    

Le président du Syndicat des professionnelles en soins de Chaudière-Appalaches demande au gouvernement Legault de rationner les masques afin de s’assurer que le personnel soignant en ait suffisamment tout au long de la pandémie.     

Les professionnelles en soin souhaitent travailler, mais tout en étant protégées. «Tout ce qu’ils demandent, c’est de la protection», soutient M. Ouellet.    

«Des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes intubés, ça ne soigne pas», conclut-il.