/sports/hockey/canadiens
Navigation

Saison à oublier pour Teasdale

Une sérieuse blessure à un genou l’a confiné à l’inactivité totale pour la campagne 2019-2020

SPO-CAMP-PERFECTIONNEMENT-CANADIENS
Photo Agence QMI, Joêl Lemay Joël Teasdale participé au camp de développement du Canadien avant sa blessure .

Coup d'oeil sur cet article

Il a gagné la coupe du Président et la coupe Memorial à sa dernière année avec les Huskies de Rouyn-Noranda. Il a remporté le championnat des marqueurs en séries dans la LHJMQ avec 34 points (14 buts, 20 passes) en 20 matchs et il a gravé son nom sur le trophée Stafford-Smythe, décerné au joueur le plus utile à la coupe Memorial. 

Depuis les conquêtes et les honneurs individuels de la saison 2018-2019, il n’y a plus une seule statistique pour Joël Teasdale. Il y a des zéros partout. Zéro but, zéro passe, zéro match. 

En théorie, Teasdale aurait porté les couleurs du Rocket de Laval cette saison. Une grave blessure au genou droit a détruit le plan. Avant l’interruption du calendrier dans la Ligue américaine en raison de la pandémie de la COVID-19, il avait recommencé à patiner avec les joueurs blessés du Rocket. 

« C’était difficile pour le moral de me blesser pour une aussi longue période, a raconté Teasdale lors d’un généreux entretien au Journal de Montréal. Je trouve ça encore difficile. Tu ne veux pas vivre ça. Je partais d’une saison de rêve avec un premier contrat pro à la fin du camp du CH, du bon travail avec l’Armada, une transaction aux Huskies et deux championnats. C’était juste incroyable de faire partie de cette aventure. »

« À l’été, ma blessure m’a donné un gros coup, a-t-il poursuivi. Elle a mis fin à ma saison de rêve. Je suis retombé sur terre. J’étais dans les nuages pendant plusieurs mois. Mais j’ai appris à vivre avec la réalité d’une blessure importante. Mon moral reste bon, je continue à travailler fort. J’ai travaillé sur certaines faiblesses même si je n’ai pratiquement pas patiné. »

Une reconstruction du genou

Présent au camp de développement du Canadien à la fin du mois de juin 2019, l’ailier de 6 pi et 183 lb n’a pas participé au camp de l’équipe quelques mois plus tard. Il s’est blessé à la mi-août lors d’une rencontre amicale sur une glace de l’Armada de Blainville-Boisbriand.   

« On pratiquait des techniques de patin et des habiletés durant l’été, a-t-il rappelé. Mais ce jour-là, on jouait un match pour le plaisir. J’étais rendu un défenseur et mon pied a coincé dans la glace. Je me suis tordu le genou. Je peux dire que tout a lâché.

Je me suis déchiré complètement le ACL [ligament croisé antérieur] et le MCL [ligament collatéral médial] était aussi très endommagé, comme les ménisques. Après l’opération, les médecins m’avaient parlé d’une période de rééducation de sept mois. »

À la mi-mars, la période de convalescence de sept mois était sur le point de se terminer.  

« Même s’il n’y avait pas eu l’arrêt de la saison avec la COVID-19, je n’aurais pas joué, a dit le joueur originaire de Repentigny. On en avait parlé en début de saison. Mon retour aurait coïncidé avec le début des séries dans la AHL. On se disait que ce n’était pas une bonne idée pour mon premier match chez les professionnels. Le jeu est vraiment plus intense à cette période de l’année. On trouvait que c’était plus sage de se concentrer pour le camp suivant. » 

Le camp comme objectif

Jamais repêché, Teasdale a paraphé un contrat de trois ans le 21 septembre 2018 avec le CH. Malgré la frustration reliée à la blessure, le Québécois a encore bon espoir de gagner sa place au sein de l’organisation. 

« Je dirais que j’aime mieux avoir cette blessure à un jeune âge. La première année d’un contrat pro reste importante, mais il me reste deux autres années pour montrer ce que j’ai dans le ventre au Canadien. Je ne suis pas à la recherche d’un autre contrat, j’ai encore du temps devant moi. Je reste confiant en mes moyens. Je jouerai comme j’ai toujours joué et il n’y aura pas de changement à mon style. Je veux revenir pour le prochain camp. Cet été, je devrais atteindre mon 100 % au niveau de la mise en forme. »

Teasdale n’a pas endossé l’uniforme du Rocket cette année, mais il a appris à connaître ses futurs coéquipiers en restant dans l’entourage de l’équipe. 

Il a aussi profité des encouragements de son ancien entraîneur avec l’Armada, Joël Bouchard. 

« Chaque fois que Joël me croisait, il me disait de ne pas lâcher, a répliqué l’ailier de 21 ans. Il sait que c’est difficile quand tu restes plusieurs mois sur la touche. Il a de l’expérience avec les blessures sérieuses. Il était d’une bonne aide, il m’encourageait. Je l’ai bien connu avec l’Armada. Je sais qu’il peut être dur avec ses joueurs, mais il sait aussi quand te donner une tape dans le dos pour t’encourager. »