/news/coronavirus
Navigation

Hôtel-Dieu de Lévis: une infirmière enceinte craint d’aller au travail

Elle se dit inquiète après le retrait préventif de plusieurs collègues à l’Hôtel-Dieu de Lévis

Coup d'oeil sur cet article

Une infirmière enceinte est terrifiée à l’idée de travailler à l’Hôtel-Dieu de Lévis après qu’une vingtaine de ses collègues ont été exposés à la COVID-19. Pour elle, aucune femme qui attend un enfant ne devrait travailler en milieu hospitalier durant la pandémie.  

« Je suis très inquiète de la situation. J’espère vraiment réussir à ce qu’ils nous retirent. Ça nous cause un stress énorme », témoigne cette femme au Journal. Elle suggère de réaffecter les employées concernées ailleurs, par exemple dans les centres d’appels de la ligne 811.   

La soignante, qui préfère ne pas dévoiler son identité, a peur de rencontrer un patient asymptomatique, mais néanmoins infecté par le coronavirus, comme c’est arrivé à une vingtaine d’employés de l’Hôtel-Dieu de Lévis, dont une femme enceinte.   

La semaine dernière, ils auraient été en présence d’une résidente du Manoir Liverpool, foyer d’éclosion qui touche maintenant huit individus. Ils ont été retirés préventivement de leur lieu de travail.   

Une vingtaine d’employés de l’Hôtel-Dieu de Lévis ont dû se placer en isolement à la maison après avoir été en contact avec une résidente du Manoir Liverpool, de Saint-Romuald, où une éclosion de coronavirus a éclaté.
Photo Didier Debusschère
Une vingtaine d’employés de l’Hôtel-Dieu de Lévis ont dû se placer en isolement à la maison après avoir été en contact avec une résidente du Manoir Liverpool, de Saint-Romuald, où une éclosion de coronavirus a éclaté.

Le CISSS de la Chaudière-Appalaches se montre rassurant : ils « respectent à la lettre » les recommandations des médecins en santé au travail, dit sa porte-parole Geneviève Dion. Par exemple, pendant une grossesse, les travailleuses ne peuvent s’occuper d’une personne infectée, ou soupçonnée de l’être.   

L’infirmière de l’hôpital lévisien redoute malgré tout les contacts avec ses équipiers, qui, eux, pourraient éventuellement croiser ces patients.   

Elle craint pour sa santé et celle du fœtus, même si le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, a déclaré dimanche que, bien que leurs préoccupations sont légitimes, « les femmes enceintes n’ont pas un risque tellement plus élevé ». Le manque d’études à ce sujet ne permet pas d’en être certain, croit-elle.   

Personnel essentiel  

Le Dr Arruda a expliqué qu’il n’était pas possible de retirer unilatéralement toutes les employées enceintes des milieux de soins parce que, « dans certaines situations, il faut s’assurer qu’on ait le personnel essentiel ». « Autant que faire se peut, on essaie de diminuer les expositions », a-t-il ajouté.   

​Au total, il y a désormais 250 cas de contamination par le coronavirus confirmés dans la grande région de Québec.   

Bilan régional  

Capitale-Nationale  

164 cas positifs (une augmentation de 16)   

8 hospitalisations, dont 4 aux soins intensifs   

Chaudière-Appalaches  

86 cas positifs (une augmentation de 6) Parmi eux, 8 personnes ont fréquenté le Manoir Liverpool (une augmentation de 2)   

4 hospitalisations  

Total pour l’ensemble du territoire  

250 personnes infectées