/news/politics
Navigation

COVID-19 : L’Union des chefs autochtones veut l’arrêt des travaux de GasLink

Coup d'oeil sur cet article

L’Union des chefs autochtones de la Colombie-Britannique a demandé lundi l’arrêt temporaire des travaux du gazoduc Coastal GasLink sur le territoire des Wet’suwet’en en raison de la COVID-19.  

Ces chefs affirment que les risques de propagation de la maladie sont trop élevés pour permettre la poursuite des travaux ce printemps.  

«Les dangers sont trop grands pour les communautés du Nord, autochtones et non-autochtones, pour lesquels les soins de santé et les ressources pour combattre la COVID-19 sont déjà limités», a écrit l’Union dans une lettre ouverte envoyée au gouvernement provincial, ainsi qu’au fédéral, lundi.  

«Les employés de première ligne du système de santé, les travailleurs, les communautés autochtones et non autochtones sont les plus à risque de propagation», ont-ils ajouté.  

Les chefs autochtones de Colombie-Britannique déplorent la tenue de travaux de maintenance ainsi que la livraison et l’entreposage de tuyaux ce printemps pour ce gazoduc qui doit traverser la province d’est en ouest. Ils considèrent que le mouvement de personnel que cela exige risque de propager le virus.  

«Le développement d’entreprises ne peut pas être considéré comme essentiel si elle met en danger notre santé et bien-être», a affirmé l’Union qui souligne que cette région du nord de la Colombie-Britannique est celle qui compte le moins de cas de coronavirus dans la province.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Ils rappellent que le consentement des Wet’suwet’en est essentiel pour ces travaux et que les risques d’épidémie n’ont jamais été approuvés par cette nation.  

Le gazoduc Coastal GasLink doit relier Dawson Creek dans le nord-est de la Colombie-Britannique à Kitimat, sur la côte pacifique, d’où partirait le gaz naturel à destination des marchés asiatiques. L’opposition à ce projet de la part de chefs traditionnels wet’suwet’en avait provoqué une vague de manifestation partout au pays, qui s’était traduite par le blocage de voies ferrées. Cette crise avait fortement perturbé l’activité économique au pays.