/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Surveillance accrue au mont Wright pour les randonneurs délinquants

L’accès au mont Wright est fermé aux randonneurs depuis le 23 mars.
Photo courtoisie L’accès au mont Wright est fermé aux randonneurs depuis le 23 mars.

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Stoneham-et-Tewkesbury vient d’embaucher une agence de sécurité pour bloquer l’accès du mont Wright aux randonneurs délinquants qui défiaient l’interdiction en vigueur et continuaient de s’aventurer dans les sentiers.

• À lire aussi: 10 nouveaux cas de la COVID-19: Un premier décès dans la Capitale-Nationale 

• À lire aussi: COVID-19: 3430 cas au Québec, les commerces fermés les dimanches 

Décrétée depuis le lundi 23 mars, la fermeture du mont Wright n’a pas empêché bon nombre de marcheurs de contourner les barrières temporaires érigées à l’entrée du stationnement et d’outrepasser la directive municipale pour profiter du beau temps dans les sentiers.

L’accès au mont Wright est fermé aux randonneurs depuis le 23 mars.
Photo courtoisie

Stationnement dans les rues

Samedi dernier, alors que le soleil rayonnait dans toute sa splendeur, de nombreux randonneurs ont tout simplement garé leur voiture dans les rues avoisinantes pour s’y rendre, faisant fi de l’interdiction d’accès.

Avisé de la situation, le maire Claude Lebel a mandaté dès le lendemain des agents de sécurité pour faire respecter l’interdiction de circulation.

À l’heure actuelle, les sentiers sont trop étroits, plaide-t-il, pour que les marcheurs puissent respecter les règles sur la distanciation physique imposées par la santé publique.

« C’est pour protéger la population qu’on fait ça. Il y en a qui sont de bonne foi, je suis certain, ils ne connaissent pas trop le mont Wright. Mais là, présentement, les sentiers sont au plus étroits en raison de la neige, donc c’est clair qu’ils se mettent à risque », a expliqué le maire Claude Lebel en entrevue avec Le Journal lundi.

« Ce qu’il faut savoir, c’est que ce n’est pas un parc grand comme les plaines d’Abraham. Ce sont des sentiers étroits, alors les gens se croisent, ils respirent fort, ils sont en sueur et ils sont à moins d’un mètre lorsqu’ils se croisent », a-t-il ajouté.

Possibles contraventions

Les agents de sécurité, pour l’instant, donnent des avertissements aux citoyens qui se présentent à la barrière, mais ils n’hésiteront pas à appeler la Sûreté du Québec pour « émettre des constats d’infraction aux récalcitrants » si nécessaire, peut-on lire sur le site web de la municipalité.

Rappelons que la Ville de Stoneham a également fermé l’accès aux Marais du Nord, pour les mêmes raisons, afin de limiter les risques de propagation du coronavirus.