/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: petites comme grandes entreprises auront droit à la subvention salariale

Coup d'oeil sur cet article

Les entreprises de toute taille dont les revenus ont chuté d’au moins 30 % en raison de la pandémie de COVID-19 auront droit à la subvention salariale de 75 % du gouvernement fédéral, a annoncé le premier ministre Trudeau lundi. 

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie de COVID-19  

«Le but, c’est que les gens continuent à avoir un salaire, peu importe s’ils travaillent pour une entreprise qui emploie 10 ou 1000 personnes», a dit M. Trudeau dans son point de presse quotidien à sa résidence de Rideau Cottage. 

Il a en outre précisé que les organisations à but non lucratif et les organismes de bienfaisance seront aussi admissibles à cette aide financière. Celle-ci couvrira jusqu’à 75 % des premiers 58 700 $ que gagne un employé, soit l’équivalent d’un maximum de 847 $ par semaine. 

ÉCOUTEZ l'info-virus de Vincent Dessureault, sur QUB radio:  

La subvention salariale, dont la teneur a été bonifiée de 10 % à 75 % vendredi dernier, avait d’abord été présentée comme une aide qui s’adressait seulement aux petites et moyennes entreprises. 

La communauté d'affaires a salué la décision d'en élargir l'accès, lundi. La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) a qualifié la nouvelle de «soulagement important pour bon nombre d’employeurs et de travailleurs», tout en exprimant des bémols quant au critère d’admissibilité de baisse de revenus de 30 %. 

  • ÉCOUTEZ la chronique économique de Michel Girard à l'émission Politiquement incorrect, sur QUB Radio:

«La FCEI a reçu plusieurs témoignages d’entreprises dont les marges bénéficiaires sont très faibles. Certaines expliquent que même une réduction modeste des ventes peut nécessiter des changements importants au sein de leur personnel», a-t-on affirmé par communiqué. 

La Fédération des chambres de commerce du Québec s’inquiète aussi de cela et craint que ce critère ne ralentisse l’accès à de l’aide financière très attendue par les entreprises durement touchées par la crise. 

 «Pour beaucoup d’entreprises, la facturation des contrats ne se fait pas nécessairement à chaque semaine, ni à chaque mois, alors que le besoin financier est immédiat afin d’éviter les mises à pied», a-t-on souligné. Le président et directeur général de la FCCQ, Charles Milliard, demande donc que les subventions salariales soient versées à quiconque en fait la demande et que les vérifications soient faites plus tard. 

M. Trudeau n’était pas en mesure de dire, lundi, quand les employeurs auraient accès à la subvention salariale rétroactive au 15 mars, mais a assuré que son gouvernement s’affairait à rendre l’argent disponible «le plus rapidement possible, dans les prochaines semaines». 

D’autres détails seront annoncés mardi par le ministre des Finances Bill Morneau et sa collègue Mary Ng, aux Petites entreprises. On devrait notamment savoir combien coûtera la mesure, qui n’a pas encore été chiffrée. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.