/misc
Navigation

Faux réfugiés expulsés: leur pays d’origine les refuse

Coup d'oeil sur cet article

Une dizaine de demandeurs d’asile détenus dans la région de Montréal ont entamé une grève de la faim. Ils veulent être libérés pour éviter d’être contaminés par la COVID-19.   

Ils exigent d’être traités «comme tous les Canadiens», des étrangers en situation «irrégulière». Ça prend un sacré culot!  

L’organisme Solidarité sans frontières a lancé une pétition pour obtenir qu’ils soient libérés. Je me demande combien de ces belles âmes sont disposées à les accueillir chez elles dans leur famille et à se porter garantes qu’ils respectent les règles de confinement.  

Ils ne sont pas en détention pour rien. L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) croit que ces étrangers représentent un danger pour la sécurité publique et/ou qu’ils sont susceptibles de disparaître dans la nature pour se soustraire aux enquêtes de Citoyenneté et Immigration Canada.  

La porte-parole de l’agence des services frontaliers, Judith Gadbois St-Cyr, m’a expliqué que compte tenu des circonstances actuelles (le coronavirus), le gouvernement fédéral a décidé de suspendre les renvois. Elle précise que dans le cas de «criminalité grave», mais de façon exceptionnelle, ces renvois pourraient être effectués, après évaluation au cas par cas, par les cadres supérieurs.  

La dernière année pour laquelle l’ASFC a pu me fournir des chiffres est 2018. Jusqu’en août, 142 demandeurs d’asile avaient été l’objet d’un avis d’expulsion à cause de leurs antécédents criminels et 7 pour leurs liens avec le crime organisé. Pour l’année complète de 2017, les chiffres étaient de 189 et 3. Au total de 2013 à 2018, 1107 demandeurs d’asile ont été l’objet, au Québec seulement, d’un ordre d’expulsion. Ces chiffres sont encore plus importants en Ontario. La porte-parole de l’agence des services frontaliers m’a dit qu'elle n’était pas en mesure de me fournir, pour le moment, des statistiques récentes sur les renvois.  

Encore faudrait-il que les pays d’origine de ces demandeurs de statut de réfugiés louches acceptent de les reprendre. Ce n’est pas le cas. L’ASFC ne veut pas me dire lesquels. Il est inacceptable qu’Ottawa refuse d’identifier publiquement ces pays ou de dire quelles sont les mesures entreprises pour les contraindre à rapatrier leurs citoyens. Le droit international oblige les États à accepter le retour de leurs ressortissants expulsés d'un autre pays.  

Contrairement au Canada, les États-Unis identifient les pays récalcitrants et prennent contre eux des sanctions. Ils peuvent notamment faire face à des restrictions de visa. Ces tactiques de pression publique commencées par l’administration Obama se sont révélées efficaces.   

Dans une enquête exhaustive en 2018, le réseau Global News, citant des sources confidentielles, rapportait que la Jamaïque était en tête de liste des pays qui refusaient de reprendre leurs ressortissants que le Canada voulait expulser. 51 Jamaïcains sous le coup d'une mesure d'expulsion pour des crimes graves étaient toujours au Canada parce que le gouvernement jamaïcain refusait de les reprendre. Cuba arriverait en deuxième position avec 48 cas, suivie de l'Inde, 34, de la Chine, 31 et de l'Iran, 27. C’était, je vous le rappelle, bien avant la crise du coronavirus. C’est pays nous disaient: «Ils sont chez vous. Bon débarras. Occupez-vous d’eux!»  

Je rappelle qu’un tribunal canadien a conclu que ces individus inquiétants devraient être expulsés parce qu’ils ont commis des crimes graves, sont liés au crime organisé, présentent des menaces à la sécurité nationale ou ont perpétré des actes contraires aux droits de la personne.  

J’ai demandé à l’ASFC combien d’entre eux sont toujours détenus, combien ont été remis en liberté au Québec et la liste nominative de chaque groupe. L’ASFC m’a répondu qu’elle n’a pas pour pratique de discuter des détails de cas particuliers ou de fournir une liste des personnes visées par une mesure de renvoi.   

Que sont devenus ces 1107 individus? Sont-ils toujours au Québec? En liberté? Combien d’autres du même acabit se sont ajoutés à eux depuis 2018?