/sports/hockey
Navigation

Frédérick Gaudreau était prêt à aller loin

Coup d'oeil sur cet article

L’attaquant québécois Frédérick Gaudreau a passé toute la saison 2019-2020 dans la Ligue américaine avec le club-école des Predators de Nashville, les Admirals de Milwaukee, et si certains en auraient été déçus, lui, il a plutôt apprécié.

Le joueur originaire de Bromont, qui fait partie de l’organisation de Nashville depuis quelques années maintenant, était surtout heureux d’avoir beaucoup de temps de jeu.

«L'année passée, j'ai été dans la Ligue nationale toute l'année, je n'ai pas été renvoyé en bas une fois, mais en même temps, je n'ai pas vraiment joué», a-t-il expliqué, lundi, à l'émission «JiC & Dave» du réseau TVA Sports.

«Je jouais entre cinq et huit minutes par match, a poursuivi le joueur de 26 ans. Oui, la Ligue nationale, c'est beau, c'est le rêve de tout le monde, mais honnêtement, j'ai trouvé ça difficile de garder le rythme, de continuer à m'améliorer en jouant peu de minutes.»

S’améliorer, il a pu réellement le faire cette saison.

«J'ai réalisé que ce que je souhaitais, c'était de retrouver le temps de glace, de jouer au hockey cette année plus que l'année passée, a-t-il indiqué. Je souhaitais ça, peu importe la ligue dans laquelle je me retrouverais. C'est ce qui s'est passé cette année, je jouais beaucoup, partout, en désavantage, en avantage, dans les premières lignes, chaque match, j'avais beaucoup de temps de glace.»

En plus, Milwaukee avait une très bonne équipe, cette saison. Gaudreau se voyait jouer longtemps en séries.

«On a bâti quelque chose de vraiment intéressant à Milwaukee, on avait un groupe exceptionnel, beaucoup de talent et de succès sur la glace», a-t-il souligné.

«On avait très hâte de commencer les séries, c'est sûr», a-t-il avoué, avant de se montrer philosophe.

«Si ça doit revenir, ça reviendra et c'est parfait, mais pour l'instant, ça ne vaut pas la peine de vivre dans le futur ou dans le passé, le plus important c'est de le prendre au jour le jour», a-t-il résumé.