/sports/hockey/canadiens
Navigation

En confinement, Shea Weber redécouvre la réalité de la vie familiale

Comme tout le monde, Shea Weber tente de composer du mieux qu’il le peut avec la situation actuelle.
Photo Agence QMI, Martin Chevalier Comme tout le monde, Shea Weber tente de composer du mieux qu’il le peut avec la situation actuelle.

Coup d'oeil sur cet article

Terminés les voyages à l’étranger, les matchs tous les deux soirs et les entraînements quotidiens. Depuis que Gary Bettman a suspendu la saison de la LNH, Shea Weber s’affaire à une tout autre tâche que de dégainer son puissant lancer ou de « tuer des punitions ». 

• À lire aussi: «Je serais vraiment surpris que la saison continue»

• À lire aussi: Marc-André Fleury reste sagement avec sa famille au Nevada

« Je suis à Montréal avec ma famille. Nous avons trois enfants. J’aide le plus vieux dans ses travaux scolaires, mais ma principale tâche consiste à éviter qu’ils s’entretuent à longueur de journée », a indiqué lundi le capitaine du Canadien, par l’entremise d’une vidéoconférence. 

À l’occasion de cet événement organisé et dirigé par l’équipe des communications de la LNH, Weber était accompagné de Victor Hedman, de Jack Eichel et d’Aleksander Barkov. 

Chacun a pris quelques instants pour expliquer comment il passe le temps et de quelle façon il souhaite voir la LNH reprendre ses activités.  

C’est ainsi qu’on a pu apprendre que Weber est un grand amateur de Luke Combs, populaire chanteur de musique country, qu’il regarde religieusement la télésérie Vikings et qu’il s’est lancé dans le visionnement de Tiger King, une série documentaire choc, grand succès de l’heure sur Netflix. 

Un appui pour le premier ministre 

Si les goûts des quatre hockeyeurs, surtout musicaux, différaient, ils étaient unanimes sur une question : l’importance de la distanciation sociale et de l’isolement volontaire. 

À ce propos, le défenseur du Canadien est revenu sur sa collaboration avec le gouvernement du Québec. Il y a une dizaine de jours, à la demande du premier ministre François Legault, Weber a accepté d’enregistrer un message téléphonique dans le but de sensibiliser les aînés de la communauté anglophone de la province aux bonnes pratiques d’hygiène en ces temps de pandémie. 

« Je trouvais important de le faire. Nous devons comprendre que nous sommes tous pris là-dedans et que la seule façon de nous en sortir est de travailler ensemble. Il suffit que quelqu’un ne prenne pas les consignes au sérieux pour que la situation tourne au vinaigre, a expliqué l’athlète de 34 ans. J’espérais que ce message puisse aider ou influencer positivement ceux qui seraient tentés de sortir ou de faire quelque chose qu’ils ne devraient pas. »  

Le leader qu’il est a poursuivi : « C’est un moment difficile à passer, mais nous devons rester unis et nous en sortir ensemble. » 

« Restez prudents », a-t-il conclu en français à la fin de la vidéoconférence. 

Proposition farfelue de Subban 

Au cours du week-end, dans un webinaire impliquant cette fois des joueurs de la division Métropolitaine, P.K. Subban a surpris un peu tout le monde (est-ce-possible ?) en proposant qu’à la fin de cette crise, la LNH adopte une formule exceptionnelle permettant aux 31 équipes de prendre part aux séries éliminatoires. 

Puisque les Devils du New Jersey étaient pratiquement assurés d’être exclus du tournoi printanier au moment de la suspension des activités du circuit, on comprend Subban de prêcher pour sa paroisse. Une situation dans laquelle se trouve également le Canadien. 

« C’est un scénario qui nous assurerait de participer aux séries éliminatoires, a lancé Weber, sourire en coin. Mais ça ne serait pas juste pour les équipes qui ont réussi à gagner leur place. » 

Et de toute façon, imaginer une panoplie de scénarios n’est qu’une perte de temps. Personne ne sait vraiment quand tout cela va se terminer. 

À ce propos, c’est Jack Eichel, dont la mère est infirmière, qui a le mieux résumé la situation. 

« Il serait difficile de prétendre que la ligue sait ce que nous allons faire. J’ai l’impression que personne sur la planète ne sait vraiment ce qui va se passer dans quelques semaines. »