/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: une femme inquiète après avoir vu sa mastectomie reportée

Hôpital Saint-Sacrement
Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNES

Coup d'oeil sur cet article

Dans la folie de la pandémie mondiale de la COVID-19, de nombreuses femmes qui devaient être opérées pour une mastectomie complète ou partielle à l’hôpital du Saint-Sacrement à la suite d’un diagnostic de cancer du sein ont vu leur chirurgie être reportée.  

• À lire aussi: [EN DIRECT 29 MARS] Les derniers développements de la pandémie de COVID-19  

Une femme de 42 ans qui a demandé à préserver sa confidentialité a appris, le 23 décembre dernier, qu’elle avait un carcinome canalaire infiltrant stade 1. Comme elle habite en région, son dossier a été transféré à Québec pour qu’elle puisse être vue et opérée par une chirurgienne-oncologue à Québec.  

  • Écoutez l'entrevue de la journaliste Kathleen Frenette avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

«Après avoir vu ma mastectomie complète être reportée à deux reprises, on m’a finalement annoncé que j’allais être opérée le 14 avril», a-t-elle mentionné aux représentants du Journal lorsque jointe au téléphone.  

Accrochée à cette date, la dame a toutefois perdu toutes ses illusions le 25 mars lorsqu’elle a reçu un appel de l’hôpital.  

«La chirurgienne-oncologue m’a dit que l’opération était annulée, et elle n’avait aucune date à me donner», a-t-elle ajouté, se sentant carrément abandonnée par le système.  

«On ne laisse pas le coronavirus se propager, mais le cancer, lui, pas de problème!», a-t-elle laissé tomber, désemparée.  

Depuis son diagnostic, survenu il y a trois mois, la masse dans son sein a grossi et, de stade 1, elle est passée au stade 2.   

«En plus, j’ai deux autres masses précancéreuses... Là, j’ai mal en dessous du bras... est-ce que c’est en train de se propager? Je n’arrête pas d’y penser et de pleurer... Il faudrait vraiment qu’on trouve un plan B», a-t-elle ajouté.  

Foyers de cancer multiples  

Pour Élaine Chabot, la situation est sensiblement la même. Pour elle, le diagnostic est tombé le 6 janvier dernier et, avec une quinzaine de foyers de cancer dans son sein, ce dernier doit être complètement enlevé.  

«L’opération devait avoir lieu le 31 mars, mais on m’a appelée pour me dire que, finalement, je ne serai pas opérée. Avant de recevoir l’appel, j’étais contente parce que je calculais désormais l’attente en jours et non plus en semaines... mais là, je ne sais plus», a-t-elle ajouté, impuissante.