/investigations
Navigation

Kumtor: une minière canadienne qui nous fait honte

L’entreprise suscite la controverse en Asie centrale

Coup d'oeil sur cet article

*Ce reportage a été réalisé grâce à une bourse du Fonds québécois en journalisme international*   

  

À l’autre bout du monde, l’épouse d’un politicien emprisonné, des militants qui disent avoir été torturés, et des scientifiques inquiets de la qualité de leur eau potable lancent un cri du cœur au Canada. Ils implorent aujourd’hui notre gouvernement d’enquêter sur les activités d’une minière qu’ils dénoncent depuis 20 ans.   

• À lire aussi: Un thriller minier  

Au Kirghizistan, en Asie centrale, le Canada est sur toutes les lèvres, mais pas nécessairement pour les bonnes raisons. Dans les pics rocheux de ce petit pays enclavé, l’entreprise canadienne Centerra Gold exploite Kumtor, la seule mine au monde à excaver des glaciers actifs.          

  

Photo AFP

  

Cet immense projet fait l’objet de critiques depuis deux décennies pour son impact environnemental. Il est aussi lié à des allégations de corruption et de violation des droits de la personne.        

Notre Bureau d’enquête s’est rendu au Kirghizistan en mai 2019 pour mettre en lumière les controverses qui entourent cette mine canadienne. Ce reportage fait maintenant l’objet d’un documentaire intitulé Kumtor, offert depuis jeudi sur Club illico.         

Lors de son séjour au pays, notre équipe a enchaîné les rencontres avec des militants, des scientifiques et des politiciens kirghizes dont le message est clair: le gouvernement canadien doit se pencher sur les activités de Centerra Gold au Kirghizistan.        

Là-bas, les bouleversements continuent: en décembre, un immense glissement de terrain – un risque de ce genre d’installation – a coûté la vie à deux employés. En janvier, un troisième travailleur est décédé quand sa pelle mécanique est tombée dans un lac.          

Puis, début mars, des milliers de citoyens du Kirghizistan ont pris d’assaut les rues de la capitale, Bichkek, pour manifester. Au cœur de leurs revendications: la libération d’un politicien qui serait emprisonné entre autres pour s’être opposé à la minière canadienne.        

L’ex-député Sadyr Zhaparov purge actuellement une peine de dix ans de prison relativement à un dossier d’enlèvement complexe (détails plus bas). Cependant, sa famille et ses sympathisants soutiennent qu’il est persécuté pour avoir critiqué de façon virulente les activités de Kumtor.           

  

Des manifestants demandent la libération du politicien Sadyr Zhaparov, un opposant de la mine Kumtor présentement emprisonné.
Photo Vyacheslav OSELEDKO / AFP
Des manifestants demandent la libération du politicien Sadyr Zhaparov, un opposant de la mine Kumtor présentement emprisonné.

  

PAS ACCÈS À LA JUSTICE   

En 2017, M. Sadyr Zhaparov a été déclaré coupable d’avoir organisé la séquestration d’un gouverneur kirghize lors d’un ralliement anti-Kumtor. Le politicien a toujours démenti ces accusations, qui ont aussi été réfutées par la supposée victime elle-même.          

Zhaparov et ses partisans croient plutôt que son arrestation vise à décourager les citoyens kirghizes d'exprimer leur mécontentement à l'égard de la mine Kumtor et de ses propriétaires canadiens.          

Assise avec sa famille dans un appartement de Bichkek, la femme du politicien, Aygul Zhaparova, explique que son mari était motivé par des soucis environnementaux concernant la mine. «Il a levé le voile là-dessus, il a rendu ça public, et il a essayé de rassembler les gens pour manifester», dit-elle.         

En partageant son témoignage avec des journalistes canadiens, Mme Zhaparova espère obtenir l’appui de la communauté internationale. «Nous n’avons pas accès à la justice, mais peut-être que le peuple canadien peut intervenir.»        

  

DANGER PUBLIC   

La mine d’or Kumtor est la plus grande mine à ciel ouvert de l’Asie centrale, nichée dans un écosystème délicat en amont d’un important réseau de rivières. Au-delà de l’excavation des glaciers, qui enlève plus de 5 millions de tonnes de glace par année, plusieurs environnementalistes du pays craignent que la contamination causée par les processus industriels, ainsi que la gestion des déchets miniers, menace la principale réserve d’eau du pays.        

«Cette mine est dangereuse pour le futur des glaciers et pour l'eau potable du Kirghizistan», affirme l'environnementaliste kirghize Kalia Moldogazieva. Elle explique que les activités de Kumtor seraient en train d’accélérer la fonte des glaciers, un pronostic inquiétant pour ce pays déjà vulnérable au réchauffement climatique.         

Centerra publie annuellement une analyse détaillée de l’impact des activités et affirme que la mine respecte les normes établies. Mais Mme Moldogazieva croit que ces constats seraient incomplets. «Quand le public s’est mis à parler de la destruction environnementale, les rapports de l'entreprise ont commencé à être moins transparents», avance-t-elle.         

Amanda Wooden, experte en matière de politique et d’environnement en Asie centrale, croit quant à elle que la répression violente des manifestants aux mains des autorités kirghizes et les allégations de corruption visant l’entreprise (abordées dans les textes suivants) nuisent à la réputation de cette compagnie canadienne.         

Des représentants de Centerra ont refusé de nous accorder une entrevue pour discuter de ces allégations. Une représentante d'Affaires mondiales Canada – le seul ministère contacté qui a accepté d’aborder ce dossier – a décliné notre demande d’entrevue et répondu à nos questions avec un courriel plutôt générique. On peut y lire que le gouvernement du Canada affirme être au courant des allégations contre Centerra Gold, mais dit être «satisfait» du fait que la compagnie canadienne et le gouvernement kirghize avaient récemment conclu un accord permettant à la minière de continuer ses travaux au pays.          

  

Selon l’ancien ombudsman kirghize Bakyt Amanbayev, plusieurs manifestants antimine ont été torturés.
Photo Matt Joycey
Selon l’ancien ombudsman kirghize Bakyt Amanbayev, plusieurs manifestants antimine ont été torturés.

  

DES CAS DE TORTURE   

Sadyr Zhaparov n’est pas le seul à s’être retrouvé derrière les barreaux à cause de ses revendications contre la mine. Plusieurs villageois qui se sont insurgés contre Kumtor disent avoir été injustement détenus et même brutalisés par les forces de l’ordre kirghizes.         

«Ils ont été torturés, c’est bien documenté, j’ai fait des photos et des vidéos de tout», nous a raconté Bakyt Amanbayev, ancien ombudsman du pays qui avait enquêté sur certains de ces dossiers. Il explique que malgré les preuves, les procureurs du pays ont refusé de mener une enquête formelle.        

M. Amanbayev voudrait que le Canada en fasse plus. «À mon avis, les autorités canadiennes doivent être au courant de la situation avec Centerra ici, et doivent mettre fin à tout ça.»         

Le journaliste kirghize Ryskeldi Satke nous raconte que des journalistes et des militants environnementaux ayant tenté de raconter l’histoire de ces villageois se sont heurtés à la répression des autorités kirghizes, qui les avaient empêchés d’interviewer les habitants des villages à proximité de la mine canadienne. «Nous avons été harcelés, intimidés, et complètement chassés du village dans lequel nous restions», raconte-t-il.         

  

UN CRI DU CŒUR AUX CANADIENS  

  

Nous avons rencontré trois résidents locaux devenus militants contre la mine. À visage découvert, ces hommes nous ont raconté que leurs revendications contre la mine leur ont coûté leur liberté et ont mené à leur torture par les forces de l’ordre kirghizes. Tous ont voulu faire passer le même message: le gouvernement canadien doit agir dans ce dossier.         

NARISTE KALCHAEV   

  

Photo Brigitte Noël

  

Manifestant qui a participé à une des commissions d’état qui s’était penchée sur la minière en 2012, Nariste Kalchaev a été arrêté en 2013 lors d’une violente manifestation anti-Kumtor. Il a été accusé d’avoir kidnappé un gouverneur kirghize et il dit avoir été accroché par les poignets et battu pendant six heures par les autorités qui voulaient savoir qui avait organisé les rassemblements.         

AIBEK SARYBAEV   

  

Photo Brigitte Noël

  

Cet ancien employé de la minière affirme avoir quitté son emploi à cause de la destruction environnementale dont il dit avoir été témoin. Comme Nariste, Aibek Sarybaev a aussi été arrêté lors de la manifestation d’octobre 2013. Il a été emprisonné pour cinq ans et il aurait passé sept mois en isolement. Il dit avoir été battu si violemment qu’il a perdu l’ouïe dans une oreille.          

BAKHTIYAR KURMANOV   

  

Photo Brigitte Noël

  

Résident d’un village à proximité de la mine et fervent détracteur de la mine, Bakhtiyar Kurmanov dit avoir été victime d’un coup monté. En juillet 2013, il a été invité à rencontrer un directeur de la mine Kumtor pour discuter d’investissements communautaires. À son insu, la rencontre est filmée par la police kirghize, et la vidéo est trafiquée afin de donner l’impression que Bakhtiyar extorque des fonds pour son propre bénéfice. Il a été emprisonné pour quatre ans et demi.         

Rien n’indique que ces violences aient été commandées par la minière elle-même. En 2015, après que certains de ces cas eurent été médiatisés au Kirghizistan, une membre du groupe militant canadien Mining Injustice Solidarity Network avait amené ces allégations à des membres de la haute direction de Centerra. Ceux-ci avaient alors affirmé ne pas être au courant de ces histoires.           

  

UN JOUEUR IMPORTANT  

La mine Kumtor représente environ 10% du PIB du Kirghizistan. Par comparaison, au Canada, l’ensemble de l’industrie extractive (qu’il s’agisse de minéraux, de pétrole ou de gaz) ne représente que 7,8% du PIB.        

«La mine [Kumtor] est vraiment l'objet de toutes les convoitises, affirme Hélène Thibault, une Québécoise qui travaille comme professeure de science politique à l'Université Nazarbayev au Kazakhstan, pays voisin du Kirghizistan. Il y a énormément de batailles politiques qui sont menées autour de l'exploitation de la mine, mais surtout par rapport à qui en a la responsabilité, qui en a la propriété. Il y a eu beaucoup de scandales.»        

Centerra a toujours insisté sur le fait que ses activités ont amené plus de prospérité économique dans cette région. La mine est un des employeurs les plus importants de la nation: plus de 2500 personnes y travaillent et en dépendent pour nourrir leurs familles. Et si le salaire moyen du pays est environ 250$ par mois, les employés de la minière gagnent parfois un revenu 10 fois plus élevé.        

Mais plusieurs résidents des villages à proximité de la minière disent que la communauté ne profite pas de la richesse qui est extraite de leurs terres. «Un jour la compagnie partira, mais ils auront détruit nos glaciers et empoisonné notre peuple, et on aura eu très peu d’avantages», explique l’ancienne députée et militante communautaire Erkingul Imankojoeva.          

  

«TU NE PEUX PAS REMETTRE UN GLACIER»   

La mine Kumtor est présentement la seule mine au monde à exploiter des glaciers actifs.          

En Amérique du Sud, la mine Pascua Lama de l’entreprise canadienne Barrick Gold se trouvait dans une vallée glaciaire entre l’Argentine et le Chili, mais des préoccupations environnementales ont mené à la suspension de ses travaux en janvier 2018.         

Le gouvernement canadien permettrait-il qu’une mine comme Kumtor s’installe sur son territoire? Des représentants des provinces et territoires canadiens où on retrouve des glaciers nous ont dit que ce genre d’exploitation leur semblait peu probable.        

Gilles Binda, représentant du ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada, dit que son équipe n’a jamais eu à piloter ce genre de projet. Il explique que bien qu’il n’existe pas de loi spécifique contre l’exploitation minière en région glaciaire au Canada, les critères environnementaux dictés par le gouvernement pourraient restreindre ce type de développement.         

«Quand on fait l'évaluation environnementale, [le comité] doit regarder dans le futur et les défis d’assurer la remise en état naturelle des sites, explique-t-il. Ce qui va être très difficile dans le cas d’un glacier, parce que tu ne peux pas remettre un glacier», dit-il.        

Menzie McEachern, directeur des ressources minérales et pétrolières pour le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, nous a confié que cette possibilité n’avait jamais été soulevée auprès de son administration. «Nous sommes un très grand pays qui compte encore plusieurs régions sous-explorées qui sont beaucoup plus faciles d'accès qu'un gisement avec un glacier assis dessus», nous a-t-il confié.          

Scott Casselman, de la Commission géologique du Yukon, ajoute: «La grande majorité des zones glaciaires se trouvent dans des zones protégées de l'activité minière, comme les parcs.»        

Par contre, en Colombie-Britannique, la mine Brucejack compte une route d’accès sur un glacier. Les projets miniers Red Mountain et KSM, dans la même région isolée, planifient aussi des activités à proximité de glaciers.         

Des environnementalistes de la province et de l’Alaska, le voisin le plus rapproché de ces mines nordiques, craignent que celles-ci mettent à mal de délicats écosystèmes. «Ces mines sont en amont de nos grandes rivières à saumon, et nous sommes en aval, explique Chris Zimmer de l’organisme américain Rivers Without Borders. Les eaux d'amont pourraient entraîner un drainage minier acide et d'autres pollutions qui pourraient contaminer les frayères. Il y a certainement des impacts sur la faune »        

Mais le gouvernement de la Colombie-Britannique a donné le feu vert à ces projets en estimant qu’ils respectent les normes environnementales de la province.        

  

ALLÉGATIONS DE CORRUPTION   

En plus des enjeux environnementaux, Centerra a déjà été visée par des allégations de corruption au Kirghizistan. Une enquête menée par deux firmes israéliennes mandatées par le gouvernement kirghize en 2012 soulevait notamment que la compagnie semblait avoir donné des millions de dollars en pots-de-vin. Centerra avait alors nié ces allégations.        

En 2014, une délégation kirghize est venue rencontrer les autorités canadiennes pour leur signaler ces allégations. Notre demande d’accès à l’information cherchant à avoir plus de détails sur ces rencontres n’a généré qu’une centaine de pages presque complètement caviardées.          

  

Résultats d’une demande d’accès à l’information visant à connaître les détails d’un meeting entre le gouvernement canadien et des représentants kirghize, en 2014.
Résultats d’une demande d’accès à l’information visant à connaître les détails d’un meeting entre le gouvernement canadien et des représentants kirghize, en 2014.

  

Nous avons cependant pu retrouver quelqu’un qui était présent lors de ces réunions: Akaash Maharaj, qui était à l’époque le directeur de GOPAC, un organisme international qui lutte contre la corruption gouvernementale.          

«Le Parlement kirghize a contacté GOPAC et nous a demandé de l’aide au moment où il commençait à enquêter sur la mine d’or de Centerra», a-t-il expliqué à notre Bureau d’enquête.          

«Les deux précédents présidents du Kirghizistan avaient été destitués durant des révolutions populaires, parce qu’ils avaient été fortement autoritaires et corrompus. La mine d’or de Centerra est probablement la plus grande source de revenus de ce pays, et pour cette raison, il est légitime pour le Parlement de soupçonner la présence de corruption dans l'octroi de contrats et d'exemptions pour la mine.»         

M. Maharaj explique que la délégation kirghize a pu rencontrer en 2014 la GRC et plusieurs bureaucrates, mais qu’aucun des élus contactés n’a accepté l’invitation. «La raison invoquée, officiellement, c’est qu’ils étaient tous très occupés. Mais je crois que la raison officieuse était qu’aucun d’entre eux ne voulait donner l'apparence de prendre des mesures qui pourraient compromettre la prospérité ou la richesse d’une société canadienne.»         

Akaash Maharaj dit s’être aussi entretenu avec le directeur juridique de Centerra, qui a fermement nié l’existence de corruption.        

«Ce qui a vraiment repoussé les limites, selon moi, c’est que je lui ai posé directement la question: qu’avez-vous dit lorsque ces présidents [du Kirghizistan] ou leurs acolytes vous ont demandé des pots-de-vin? explique Monsieur Maharaj. Et il a soutenu fermement qu’on ne leur avait jamais demandé de pots-de-vin. C’est à ce moment que je me suis dit: OK, je n’en crois pas un mot.»        

  

LE CAS LEN HOMENIUK   

En 2015, l’ancien directeur de Centerra, Len Homeniuk, a été arrêté par Interpol et accusé de corruption en lien avec la mine Kumtor. Après trois mois de détention en Europe, il a été libéré, mais il se bat toujours contre ces accusations, qui, selon lui, sont non fondées.          

Au téléphone, de sa résidence en Californie, il nous a affirmé que durant son mandat pour Kumtor, plusieurs instances gouvernementales du Kirghizistan lui avaient demandé de leur verser des sommes importantes. Selon lui, les sommes qui ont été versées étaient légales et soumises à un processus de vérification rigoureux approuvé par le conseil d’administration de la compagnie.         

Il précise que certaines demandes ont été carrément refusées. «Il y a quelques sommes que nous avons refusé de donner qui auraient pu être considérées comme des pots-de-vin», dit-il.          

Len Homeniuk rappelle cependant que la corruption au sein du gouvernement kirghize était un fait établi, et qu’il était impossible de savoir si l’argent octroyé par Centerra avait été utilisé à bon escient.          

Quand nous lui avons demandé si la compagnie avait tiré profit de la possible corruption gouvernementale, Len Homeniuk a affirmé que «Centerra doit faire ce qu'elle a à faire. Mais je n'ai vraiment aucune connaissance de ce qui s'est passé depuis [mon départ en] 2008». La GRC n’a pas voulu commenter sur cette affaire.           

  

QUI SURVEILLE LES MINES CANADIENNES À L’ÉTRANGER?   

  

Alain Deneault, auteur de Noir Canada et Paradis sous terre, deux livres sur l’industrie minière canadienne.
Photo Jérémie Stall-Paquet
Alain Deneault, auteur de Noir Canada et Paradis sous terre, deux livres sur l’industrie minière canadienne.

  

Bien que plusieurs citoyens kirghizes demandent aux autorités canadiennes d’agir dans le dossier Kumtor, cette requête n’est pas nécessairement réaliste.        

«Un juge canadien aura tendance à dire qu’une plainte contre une société canadienne pour quelque chose qu'elle a fait à l'extérieur de nos frontières n'est pas recevable», explique Alain Deneault, philosophe et auteur de deux livres sur l’industrie minière.         

Selon Alain Deneault et plusieurs observateurs, l’encadrement des activités des compagnies canadiennes à l’étranger est plutôt symbolique, et les personnes qui se disent lésées par ces entreprises peinent à faire valoir leurs droits.         

En février, cependant, la Cour suprême a pour la première fois statué qu’une poursuite intentée contre une minière canadienne dont les activités sont à l’étranger pourra avoir lieu en sol canadien. Le cas de la minière britanno-colombienne Nevsun, accusée de violations de droits de la personne en Érythrée, crée donc un précédent judiciaire.         

En réponse à nos questions, une représentante d'Affaires mondiales Canada a expliqué que le gouvernement fédéral s'attend à ce que les entreprises canadiennes à l'étranger exercent leurs activités «légalement» et «conformément aux normes internationales telles que les Principes directeurs de l'OCDE à l'intention des entreprises multinationales et les Principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme».        

Le gouvernement se vante cependant d’avoir nommé un ombudsman de responsabilité des entreprises, dont le mandat serait entre autres «d’examiner les allégations de violations des droits de la personne découlant des activités des entreprises canadiennes à l'étranger dans les secteurs des mines, du pétrole et du gaz et du vêtement».        

Pour Alain Deneault, cette initiative est risible. «C'est de la médiation à petite échelle, explique-t-il. Un ministère a un poste d'ombudsman pour ses employés, une université a un poste d'ombudsman pour régler des litiges.»          

Selon l’auteur, ce poste n’est pas adéquat pour gérer le genre d’enjeu qui émane du secteur minier international. «On présente cette personne-là comme étant capable de régler des problèmes géopolitiques qui concernent tout le Congo, ou qui concernent des entreprises qui ont des dossiers très chargés en termes éthiques, sur lesquelles les allégations portent sur des questions d'abus de droits de la personne, de pollution, de malversation, de choses violentes.»