/news/society
Navigation

12 nouveaux cas dans la communauté juive hassidique de Boisbriand

12 nouveaux cas dans la communauté juive hassidique de Boisbriand
MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

BOISBRIAND | Le nombre de personnes infectées à la COVID-19 au sein de la communauté juive hassidique Kyrias Tosh de Boisbriand a continué de grimper mardi.

• À lire aussi: COVID-19 : une communauté juive est enclavée 

Le Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides a indiqué qu’un total de 27 personnes sont touchées parmi les quelque 4000 résidents de ce quartier distinct de cette municipalité des Laurentides.

Les responsables de communauté orthodoxe avaient précisé lundi que 24 personnes étaient atteintes, soit 10 de plus que dimanche, lorsque les 14 premiers cas avaient été dévoilés.

C’est à l’initiative des dirigeants de Kyrias Tosh que des tests de dépistages avaient été réalisés la semaine dernière au sein de cette communauté.

La communauté avait décidé de se placer en quarantaine dimanche dans la journée, une mesure qui a été renforcée par une ordonnance de la santé publique des Laurentides, en soirée, en raison d’une éclosion de COVID-19.

Des barrières ont été érigées aux deux entrées de ce quartier pour empêcher de laisser sortir ceux qui ne sont pas motivés par des raisons essentielles.

Les policiers de la Régie de police Thérèse-de-Blainville ont prêté main-forte aux Shomrims, le corps de sécurité de la communauté pour surveiller les allées et venues dans ce quartier.

Personne ne pourra sortir ou entrer dans le quartier pendant 14 jours, sauf pour urgence médicale ou pour fournir des services essentiels.

C’est la célébration d’une des fêtes juives les plus populaires qui est à l’origine de la propagation à cet endroit.

De nombreux membres de Tosh ont été visiter de la famille à New York pour la fête de Pourim les 9 et 10 mars dernier. Or, la métropole américaine est un des foyers d’infection de la COVID-19 aux États-Unis. Ces juifs ont donc ramené le virus chez eux à la suite de ce voyage.

Puisque les familles sont très nombreuses, qu’elles se côtoient dans des synagogues ou pour d’autres événements, le virus était en terrain fertile pour se propager.

Des mesures pour imposer la distanciation sociale ont depuis été instaurées dans la communauté. Les écoles et les synagogues ont été fermées lorsque le gouvernement du Québec en a donné l’ordre.