/news/politics
Navigation

COVID-19: le PLQ offre de «prêter» Carlos Leitao pour la relance économique

L'ancien ministre des Finances Carlos Leitao
Photo d'archives, Simon Clark L'ancien ministre des Finances Carlos Leitao

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le Parti libéral du Québec souhaite participer à la relance économique d’après-crise et offre même de prêter au gouvernement son porte-parole en matière de finances, l'économiste de renommée mondiale Carlos Leitao.  

• À lire aussi: Legault s’attend à une «démondialisation» après la crise  

• À lire aussi: COVID-19: le bilan au Québec dépasse maintenant les 4000 cas  

• À lire aussi: Legault prépare l’après-crise: les priorités vont changer au Québec  

Le Journal de Québec a rapporté mardi que le premier ministre François Legault avait réuni quatre de ses principaux ministres pour former un groupe afin de préparer la sortie de crise.     

  • ÉCOUTEZ Carlos J. Leitao, député libéral de Robert-Baldwin et porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances, à QUB radio:   

Ce groupe aura pour responsabilité d’analyser chaque dépense gouvernementale afin de s’assurer qu’elles favorisent la reprise économique.    

L’opposition officielle à Québec, le Parti libéral, dit souhaiter que tous les partis prennent part à la discussion sur la relance. En ce sens, son chef intérimaire, Pierre Arcand, a contacté le premier ministre François Legault afin de lui offrir les services du député et ancien ministre des Finances Carlos Leitao.    

«Je lui ai offert la possibilité d’avoir sur son comité M. Leitao. [...] Si le Québec a véritablement une marge de manœuvre sur le plan financier, c’est à cause des politiques mises en place [alors qu’il était ministre des Finances dans le gouvernement de Philippe Couillard]», a indiqué Pierre Arcand, ajoutant être en mode «solution».    

Le porte-parole solidaire Gabriel Nadeau-Dubois estime qu’il faudra un «réel débat démocratique» sur la relance économique de la province et que celui-ci devra se faire en dehors des «officines ministérielles».    

Il plaide par ailleurs pour des investissements massifs dans le secteur public, la «colonne vertébrale» de la société en temps de crise.    

«On ne pourra pas régler ça avec la même vieille recette libérale, c’est-à-dire baisser les impôts, donner des cadeaux aux multinationales et couper dans les services publics. [...] Il va falloir changer de logiciel et revoir notre manière de construire l’économie au Québec», a expliqué le député de Gouin.    

Au Parti québécois, on craint que de nombreuses entreprises doivent mettre la clé dans la porte d’ici la reprise économique et l’on souhaiterait voir le gouvernement décaisser davantage de fonds pour les aider à traverser la crise.    

«Le comité, oui, ce n’est pas mauvais, mais ça prend des gestes de Québec, présentement, pour donner du souffle à nos entreprises. Ce qui a été annoncé par Québec [jusqu’ici], ce n’est pas suffisant et on craint la fermeture de plusieurs commerces», a soutenu le porte-parole péquiste en matière de finances, Martin Ouellet.    

Il estime que Québec doit permettre aux «très petites entreprises» d’obtenir des liquidités et mettre en place des mesures pour réduire la facture de loyer des propriétaires commerciaux.    

À VOIR AUSSI

  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.