/investigations/health
Navigation

COVID-19: Québec au cœur de la course pour trouver un remède

Une équipe de chercheurs veut stopper l’explosion du virus dans le corps

Coup d'oeil sur cet article

Des chercheurs de Québec sont dans la course afin de découvrir un tout nouveau traitement pour combattre la COVID-19 et empêcher le virus de se multiplier dans le corps humain. 

Le docteur Guy Boivin et son équipe du CHU de Québec travaillent sans relâche depuis que la Covid-19 terrasse le monde entier. 

L’objectif : trouver un antiviral spécifique qui viendra freiner la multiplication du virus dans l’organisme. « C’est vraiment une autre approche », a-t-il mentionné en entrevue.   

Le virus de la Covid-19 se sert d’une protéine bien spécifique dans le corps humain afin de se multiplier. Il s’agit d’une « polymérase », une protéine qui fait exploser le virus dans le corps du malade. Le virus ne peut pas se multiplier par lui-même, mais il se sert donc de cette protéine pour atteindre son objectif. 

<b>Dr Guy Boivin</b><br /><i>CHU de Québec</i>
Photo d'archives, Didier Debusschère
Dr Guy Boivin
CHU de Québec

L’équipe du Dr Boivin a eu recours à un modèle 3D pour réaliser ses travaux. « Avec la modélisation, on peut voir les endroits où on pourrait venir se placer pour bloquer l’activité de cette polymérase-là », explique le spécialiste, qui a reçu 900 000 $ du gouvernement fédéral pour compléter la recherche. 

« On est en train de tester différentes composées qui pourraient venir s’insérer dans la cavité qui est présente dans la protéine et pour bloquer son activité. Ce sont vraiment des antiviraux spécifiques. » 

C’est de cette manière qu’il compte empêcher la Covid-19 de faire des ravages à moyen ou long terme. 

Des doutes sur la chloroquine 

Les connaissances du laboratoire de Québec amènent aussi l’équipe du Dr Boivin à s’attaquer, à plus court terme, au coronavirus. 

En partenariat avec l’Institut de cardiologie de Montréal, le CHU de Québec tente de recruter 6000 sujets afin de tester la colchicine, un médicament déjà existant qui sert à traiter la goutte. 

« Le problème, en ce moment, c’est qu’il n’y a pas de traitement approuvé et les gens essaient un peu n’importe quoi comme la chloroquine. Il n’y a pas de bonnes études. Les gens donnent ça et on ne sait pas trop ce que ça vaut », souligne le Dr Boivin. 

L’hypothèse des chercheurs est que les enfants ont naturellement des molécules anti-inflammatoires qui les protègent des complications causées par la Covid-19. 

Mais, pas l’adulte. La colchicine pourrait être un puissant anti-inflammatoire efficace pour eux. « Ça ramène la réponse immunitaire de l’adulte à celle d’un enfant. En utilisant la colchicine tôt après le diagnostic chez les patients, on peut prévenir l’hospitalisation et par le fait même les décès », soutient Dr Boivin.  

« En l’absence de traitements qui sont approuvés et de vaccins, il faut faire quelque chose. C’est la seule façon d’agir rapidement. Et, plus il va y avoir de personnes qui vont entrer dans l’étude rapidement, plus rapidement nous allons avoir la réponse. »