/news/transports
Navigation

Notre couple de Québécois est arrivé en Californie

Les camionneurs attendent impatiemment leur cargaison de fruits et de légumes

Coup d'oeil sur cet article

Enfin arrivés en Californie, les camionneurs québécois Sébastien Desaulniers et Marie-Christine Marchand profitent d’un repos bien mérité... dont ils se seraient toutefois bien passé. 

• À lire aussi: Partis à deux chercher nos fruits et légumes 

Après avoir filé à vive allure sur les routes de l’Alberta, de l’Idaho, de l’Utah, de l’Arizona et du Nevada au cours des derniers jours, ils ont finalement franchi la frontière de la Californie. La méga-ferme de Bakersfield où ils doivent récupérer une précieuse cargaison de fruits et de légumes frais destinée aux épiceries québécoises n’est plus qu’à trois heures de route. 

Mais ils ont stoppé net à Barstow, au beau milieu du désert, car la ferme en question n’est pas prête à les recevoir avant demain.  

« On ne bouge pas d’ici là », ont-ils expliqué au Journal, à bord de leur camion. 

Il y a quatre jours, le couple de camionneurs de Trans-West est parti de l’arrondissement de Lachine, à Montréal. Depuis, ils se relaient au volant, conduisant 12 heures chacun.  

Hier, ils n’ont franchi « que 1275 kilomètres », sachant qu’ils auraient à attendre. 

« C’est un gros client, et ce n’est jamais facile d’obtenir un rendez-vous. On est quand même chanceux dans notre malchance, parce que ça va nous permettre de bien nous reposer et d’être en forme pour la suite du voyage [qui doit les ramener au Québec] », explique Mme Marchand. 

Nervosité 

N’empêche, on sent leur nervosité au bout du fil. Comment va se dérouler la cueillette prévue en avant-midi ? « Ça va être une surprise », dit M. Desaulniers.  

Un truck stop du Texas remercie les camionneurs pour leur travail pendant la pandémie.
Photo courtoisie
Un truck stop du Texas remercie les camionneurs pour leur travail pendant la pandémie.

« J’ai hâte de voir s’ils vont nous laisser entrer dans l’entrepôt avec notre camion pour superviser le chargement », ajoute sa conjointe, qui fait la route avec lui depuis sept ans.  

En traversant Salt Lake City, la capitale de l’État américain de l’Utah, à 900 km de là, le duo a été frappé de nouveau par les rues vides.  

« On était là un peu après souper, ça aurait dû être bondé. Mais c’était désert. Partout dans la ville il y a des panneaux “Restez en santé, restez à la maison” », note Mme Marchand. 

Pas de trafic 

Les autoroutes aussi ont été complètement délaissées par les automobilistes. Reste de nombreux camionneurs.  

« On ne se plaint pas, comme camionneur sans circulation c’est bien ! » s’exclame-t-elle.  

D’autres aspects du périple sont toutefois moins plaisants.  

« Quand tu croises quelqu’un, tout le monde fait un pas de côté pour s’éviter le plus possible », ajoute M. Desaulniers.  

Ils ont également constaté que les caisses d’eau embouteillées étaient désormais rationnées à une par camionneur aux relais routiers.  

-Avec la collaboration de Jean Balthazard, Agence QMI 

Jour 4  

  • 6413 km : Distance parcourue depuis le départ 
  • 4587 km : Distance qui reste à parcourir 
  • 1275 km : Distance parcourue hier 
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.