/news/coronavirus
Navigation

Pour un déploiement rapide de l’aide d’urgence aux aînés

Pour un déploiement rapide de l’aide d’urgence aux aînés
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Le propriétaire d’une résidence pour personnes âgées de Lévis exhorte le gouvernement de déployer rapidement sur le terrain l’aide d’urgence de 133 M$ destinée aux aînés. 

• À lire aussi: COVID-19: le bilan au Québec dépasse maintenant les 4 000 cas 

 • À lire aussi: Premier décès d’un aîné dans la région de la Capitale-Nationale 

• À lire aussi: Six aînés infectés, une vingtaine d'infirmières en contact 

Directeur de la Villa Mon Repos à Lévis, François Lavoie a multiplié les démarches dans les dernières heures pour savoir à quel moment les 133 M$ visant à donner un coup de pouce aux institutions hébergeant des personnes âgées seront disponibles.  

«J’ai passé la journée au téléphone [lundi] pour essayer d’avoir des détails. C’est bien beau de parler de 133 M$, mais sur le terrain, on ne sait pas ce qui se passe. Personne ne sait rien de rien. Mais la crise, c’est maintenant», peste François Lavoie.  

Pour un déploiement rapide de l’aide d’urgence aux aînés
Photo Stevens LeBlanc

Dimanche dernier, le premier ministre François Legault annonçait lors de son point de presse quotidien un ajout massif de ressources dans les CHSLD et les résidences pour personnes âgées, puisque les aînés sont les plus à risque face au coronavirus.  

Le lendemain, Québec dévoilait une aide de 133 M$ permettant entre autres l’embauche de personnel, le paiement des heures supplémentaires et l’approvisionnement en équipement. Sur le lot, 40 M$ étaient destinés aux résidences privées pour ainés certifiés.  

Manque de détails  

François Lavoie, qui a 60 résidents à sa charge, se questionne maintenant à savoir comment sera réparti cet argent. Il exige aussi davantage de précisions sur les modalités d’application de cette enveloppe.  

«Est-ce que je peux déjà faire des démarches ? Je peux bien dépenser 100 000$, mais est-ce qu’on va me rembourser ces frais? Il n’y a pas de procédure, personne ne sait comment ça va être distribué en réalité. Ce n’est pas dans six mois qu’il va falloir savoir. C’est aujourd’hui. Et là, personne ne sait quoi faire», s’insurge-t-il.  

Le temps presse, maintient-il. Surtout que la résidence a dû gérer récemment des familles qui ont ignoré les interdits de visite et qui ont tenté de pénétrer dans la bâtisse. «Ils ont essayé d’entrer par les issus de secours», déplore M. Lavoie, qui est en démarche pour engager un agent de sécurité présent 24h sur 24.  

Aux CISSS et CIUSSS de gérer  

Questionné par le Journal, le ministère de la Santé avance que le soutien financier, non récurrent, sera calculé en fonction de la taille des résidences. Les sommes seront versées aux CISSS et aux CIUSSS qui, par la suite, les redistribueront aux résidences et aux CHSLD de leur territoire.  

«Des redditions de comptes seront faites sur l’utilisation de ces montants et des dépenses réellement encourues», avance le porte-parole Robert Maranda, qui ajoute que «des informations plus précises seront communiquées aux établissements d’ici une semaine». 

À VOIR AUSSI