/sports/football
Navigation

«Tom Brady en avait assez»

«Tom Brady en avait assez»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Aux dires d’un des anciens coordonnateurs offensifs du quart-arrière Tom Brady, ce dernier en avait assez de l’entraîneur Bill Belichick et des Patriots de la Nouvelle-Angleterre. C’est d'ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il a choisi de signer un contrat avec les Buccaneers de Tampa Bay. 

• À lire aussi: Tom Brady s’est «livré» aux Buccaneers

• À lire aussi: Le duo Brady/Brown ne reverra pas le jour

Ayant dirigé l’attaque des «Pats» de 2000 à 2004, Charlie Weis estime que la formation floridienne avait davantage d’options à offrir que le club du Massachusetts au vétéran de 42 ans. D’ailleurs, les dernières journées semblent lui donner raison, puisque le pivot a signé un contrat de deux ans et d’environ 60 millions $ avec l’équipe floridienne. Également, lundi, le directeur général des «Bucs», Jason Licht, avait déclaré au réseau ESPN que sa nouvelle acquisition s’était pratiquement «livrée» à son organisation pour tenter de la convaincre de l’embaucher, ce qu’elle a fait il y a une dizaine de jours. 

Or, Weis croit que Brady a aussi fermement exprimé son intention de quitter aux Patriots. 

«À la fin, Bill se doutait bien que l’autre club avait placé beaucoup d’argent sur la table de Tom et celui-ci lui a dit : vraiment, j’en ai assez de cette farce, a mentionné Weis à ESPN. Il [Brady] a encore beaucoup d’essence dans le réservoir, mais il faut surtout être conscient de ce que les autres équipes ont à proposer. On voit les Buccaneers, les Chargers de Los Angeles, notamment. Vous pouvez vous questionner à savoir si elles représentent de meilleures options que les Patriots pour Tom à cause des joueurs autour de lui. La réponse est oui.» 

Néanmoins, l’ex-allié du numéro 12 insiste pour dire que la relation Belichick-Brady n’a pas constitué un facteur problématique. 

«Les deux ont du respect l’un pour l’autre, même s’ils n’iront pas prendre une bière ensemble, a-t-il dit. Ils ne vont pas organiser de sorties sociales et se retrouver l’un devant l’autre dans des événements mondains. Ce n’est pas ça, le problème. [...] Entre eux, il y a vraiment du respect.»