/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: L’île d’Orléans ferme des stationnements publics

COVID-19: L’île d’Orléans ferme des stationnements publics
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

La municipalité de Sainte-Pétronille, à l’île d’Orléans, a décidé de fermer deux stationnements publics sur son territoire afin de limiter l’achalandage en cette période de pandémie.

À lire aussi: Bientôt un service de livraison commun sur l'île d'Orléans  

• À lire aussi: COVID-19: l’île d’Orléans prise d’assaut par les visiteurs  

La décision a été prise par le conseil municipal mardi soir, en réponse aux inquiétudes soulevées par plusieurs insulaires le week-end dernier.

De nombreux visiteurs avaient alors profité de la journée ensoleillée du samedi pour se balader sur l’île d’Orléans. Certains résidents craignaient, entre autres, que les règles de distanciation sociale ne soient pas respectées.

Dès samedi, le stationnement du centre communautaire et celui du quai ne seront plus accessibles.

La rue Horatio-Walker, qui longe le fleuve, sera quant à elle réservée à la circulation locale. Les piétons qui réussiront, de peine et de misère, à trouver un stationnement dans le secteur ne seront cependant pas refoulés.

Mesures « temporaires »

« Tout ça sera incitatif. On se fie sur la bonne foi des gens », expose le préfet de la MRC de L’Île-d’Orléans et maire de Sainte-Pétronille, Harold Noël.

Les autres municipalités de l’île devraient également emboîter le pas avec des mesures « temporaires » similaires, a-t-il confirmé au Journal en fin de journée.

Les travailleurs étrangers  

L’Île d’Orléans planche aussi sur l’encadrement des travailleurs étrangers qui doivent arriver sur le territoire entre la mi-avril et la mi-juin, pour prêter main forte aux activités agricoles.  

«On veut expliquer aux gens de l’île que l’encadrement de la quarantaine et des déplacements de ces gens-là sera vraiment rigoureux. C’est ce qu’on met en place», avance Harold Noël.  

Chaque été, le territoire de quelque 7500 insulaires accueille plus de 1000 travailleurs de l’extérieur, provenant entre autres du Mexique et du Guatemala. Le défi sera important cette année, certains d’entre eux risquant d’être coincés dans leur pays à cause de la fermeture des frontières aériennes.