/finance/opinion/columnists
Navigation

De la compassion bancaire

Coup d'oeil sur cet article

Pour toute la durée de la présente guerre contre la COVID‐19, le premier ministre Justin Trudeau devrait ordonner aux institutions bancaires de plafonner à un maximum de 5 % les taux d’intérêt qu’elles appliquent sur l’ensemble des prêts et marges de crédit consentis tant aux particuliers qu’aux entreprises. Et quant aux cartes de crédit, je lui suggère de plafonner les taux à 10 %. 

En cette tragique période, Desjardins, les grandes banques canadiennes et les autres institutions bancaires se doivent d’avoir de la compassion pour l’ensemble de leurs clients. Après tout, ce sont eux qui leur ont permis d’encaisser d’énormes profits au fil des années. 

Malheureusement, aucun de nos grands banquiers canadiens (et ça inclut Desjardins) n’a pris jusqu’à présent l’initiative de moins étouffer financièrement les clients mal pris. 

  • ÉCOUTEZ la chronique économique de Michel Girard à QUB Radio:

Voilà pourquoi il faut qu’une baisse importante des taux d’intérêt au pays soit décrétée par le gouvernement Trudeau. Et ce serait bien que François Legault et ses collègues premiers ministres des autres provinces pressent Justin Trudeau de serrer la vis aux banquiers.   

Ce sont les gouvernements, avec le fédéral en tête, qui allongent et allongent des centaines de milliards de dollars pour sauver les entreprises et leurs employés. 

TAUX ABUSIFS 

Il faut que les banquiers collaborent eux aussi. D’autant qu’une grande portion des nouveaux prêts bancaires consentis aux entreprises seront garantis par les gouvernements. Donc sans risques pour les banques et caisses. Je trouve notamment inconcevable que nos grandes institutions bancaires n’aient pas pensé à réduire, de leur propre chef, les taux d’intérêt scandaleux qu’elles prélèvent sur les soldes impayés de cartes de crédit. 

Alors que la Banque du Canada a réduit son taux directeur à presque rien, soit 0,25 %, elles continuent d’exiger des taux d’intérêt allant de 15 % à 20 % sur les soldes impayés de leurs détenteurs de Visa ou MasterCard. 

Encore plus scandaleux, évidemment, c’est de voir d’autres émetteurs de cartes de crédit (comme certaines grandes chaînes de magasins) exiger jusqu’à 30 % d’intérêt sur les soldes impayés. 

Il est urgent de les ramener à 10 %, gros maximum. 

DESJARDINS RECULE... 

Desjardins raccourcira d’environ trois jours ouvrables le délai de grâce pendant lequel les détenteurs de ses cartes de crédit peuvent acquitter leurs comptes sans devoir payer les frais d’intérêt, communément appelés frais de crédit dans la coopérative.  

Actuellement, le délai de 21 jours débute à partir de la mise à la poste du relevé. Ce qui donne en réalité un délai de 24 à 25 jours. 

À partir du 14 juin prochain, le délai devait débuter à partir de la « date d’émission » du relevé, ce qui donne 21 jours fermes. 

Après lui avoir demandé hier où était « l’urgence » de réduire à partir du 14 juin le délai de grâce sur leurs cartes de crédit, Desjardins a fait marche arrière. 

« Dans le contexte de la COVID-19, m’a-t-on répondu, les changements annoncés récemment pour la gamme de cartes de crédit aux particuliers seront tous reportés à une date ultérieure. » 

Avis aux 7 millions de membres et clients de Desjardins !