/opinion/columnists
Navigation

Peut-on questionner le gouvernement?

Le travail des médias, c’est de questionner, pas de complimenter.
Photo Jean-François Desgagnés Le travail des médias, c’est de questionner, pas de complimenter.

Coup d'oeil sur cet article

Ces jours-ci, il est devenu impossible de critiquer le travail du gouvernement Legault. Quiconque ose s’aventurer sur ce terrain glissant mange une solide volée sur les réseaux sociaux.

Selon un récent sondage, 94 % des Québécois se disent satisfaits de la gestion de la crise par le gouvernement de la CAQ. De quoi rendre Vladimir Poutine jaloux.

J’ai souligné à plusieurs reprises le travail exceptionnel du PM. J’ai même écrit dans Le Journal dernièrement que nous devions remercier les politiciens qui font face à une pression incommensurable dans la tourmente actuelle.

Mais ça ne veut pas dire qu’il faille que les médias agissent en meneuses de claque, bonyenne de bonyenne !

Faut voir mes collègues se faire salement varloper sur les médias sociaux, parce qu’ils « osent » poser des questions le moindrement corsées à l’équipe tout étoile.

Hey ! Le travail des médias, c’est de questionner, pas de complimenter.

Je comprends que le contexte commande une certaine prudence, d’avoir le bon ton, mais les journalistes doivent tout de même faire leur travail, soit de poser des questions.

D’autant plus qu’on nous répète, à juste titre, l’importance du travail de nos « anges gardiens ». 

Encore faut-il les protéger adéquatement et donner l’heure juste à la population.

Failles

Soyons honnêtes. La conférence de presse d’hier fut la plus difficile pour le gouvernement depuis le début de la crise. Particulièrement sur la question de la disponibilité des équipements médicaux.

Le premier ministre a avoué que pour certains éléments, comme les fameux masques, les stocks étaient suffisants pour une maigre période de 3 à 7 jours.

Pourtant, les autorités s’entêtaient à dire encore il y a quelques jours qu’il y en avait suffisamment. Le hic, c’est que pendant ce temps, le milieu médical, lui, criait au secours et tentait de sonner l’alarme.

« Tout va très bien, Madame la Marquise », nous répétait la ministre de la Santé. Or, ce n’était pas vrai. À l’autre bout du tuyau, les forces vives voyaient les problèmes qui fonçaient droit sur elles.

Questions

Alors oui, il est permis de poser des questions. D’ailleurs, en voici quelques-unes :

  • Quand madame McCann répète que les quantités sont suffisantes pour répondre aux protocoles, serait-ce possible que ces derniers soient édictés en fonction du matériel nécessaire, plutôt qu’en fonction des risques réels à atténuer ?
  • Si nous avions eu l’heure juste plus tôt, aurions-nous pu bénéficier d’aide externe plus rapidement pour augmenter nos volumes ? Ou encore, susciter un éveil de conscience plus rapide des industriels prêts à revoir leur production pour pallier la pénurie anticipée ?
  • Quand l’on constate que plusieurs dizaines d’employés du système de santé sont infectés par la COVID-19, peut-on nous éclairer quant au nombre de cas qui impliquent une contamination sur les lieux de travail, et non pas à la suite d’un voyage ?

Oui, nous avons droit de poser des questions. Et le gouvernement doit impérativement fournir des réponses. 

N’en déplaise aux nouveaux aficionados de Legault.