/news/society
Navigation

Violence conjugale: une campagne pour dénoncer les abus

Coup d'oeil sur cet article

En plein confinement, l’Alliance des maisons d’hébergement incite plus que jamais les Québécois à dénoncer les situations de violence conjugale et familiale.  

• À lire aussi: COVID-19: le réseau communautaire veut plus de mesures structurantes  

Des affiches énumérant les coordonnées de plusieurs ressources d’aide seront diffusées massivement dès maintenant.  

Elles seront disponibles sur les médias sociaux ainsi que dans les lieux encore accessibles à la population, et ce, à travers le Québec.  

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Manon Monastesse, directrice de la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes, à QUB Radio:

Outre le 911, diverses ressources d’aide sont disponibles 24 heures par jour, 7 jours sur 7, à savoir : SOS violence conjugale, Association québécoise de prévention du suicide et Tel-jeunes.  

«En cette période de crise sanitaire, des femmes et enfants victimes de violence se retrouvent pris au piège dans leur domicile et ne peuvent accéder à des ressources d’aide. Les citoyens et citoyennes sont donc encouragés à poser des gestes pour sauver des vies, tel qu’appeler les services d’urgence au besoin», précise l’organisme par communiqué.  

L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale regroupe 23 maisons réparties dans 12 régions du Québec.  

Urgence: 911  

Aide et références 24 / 7    

  • SOS violence conjugale: 1 800 363-9010  
  • Prévention suicide: 1 866 277-3553  
  • Tel-jeunes: 1 800 263-2266