/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: des particuliers avec des imprimantes 3D prennent les armes

L’administrateur de la page Facebook Marc-Olivier Girard
Photo courtoisie L’administrateur de la page Facebook Marc-Olivier Girard

Coup d'oeil sur cet article

À l’image d’autres initiatives du genre dans le monde, un groupe d'environ 300 citoyens avec des imprimantes 3D au Québec s’est récemment formé sur Facebook pour produire des accessoires pour de l’équipement médical.

• À lire aussi: Trudeau très inquiet du détournement de cargaisons d’équipement médical

• À lire aussi: COVID-19: Québec joue du coude pour assurer l’approvisionnement des équipements de protection

• À lire aussi: Usine en Beauce: incapable de faire certifier des masques qui pourraient aider

«Nous nous inspirons de ce qui s’est passé dans les autres pays», indique l’administrateur, Marc-Olivier Girard. «La communauté s’est réunie rapidement, car les gens se sont rendu compte qu’il y avait des solutions concrètes pour aider à trouver des équipements médicaux», poursuit-il.

La page Facebook COVID-3D-QC a été lancée au milieu du mois de mars. Des instructions sont disponibles sur le groupe pour les personnes souhaitant participer à la production.

Cette dernière aboutit présentement à l’usine de Panthera Dental à Québec ou dans des organismes à but non lucratif pour protéger les employés.

«À la base, nous ne sommes pas une entreprise, mais il y avait tellement d’imprimantes 3D au Québec qui ne servaient pas. Nous étions une usine qui dormait», répond M. Girard. «Nous avons développé notre structure. On veut des résultats concrets. Nous ne sommes pas des amateurs, il y a des ingénieurs et des concepteurs», ajoute-t-il.

Le groupe a réalisé plus de 1200 arceaux pour les visières depuis vendredi dernier. L’organisation est aussi prête à prêter main-forte à d’autres entreprises québécoises qui recherchent des imprimantes 3D.

Coûts

Présentement, ce sont les bénévoles qui assument les coûts de production.

«On ne demande pas d’argent pour payer les gens, mais on aimerait que le gouvernement nous aide à trouver de la matière première afin d’assurer notre production», conclut M. Girard.

À VOIR AUSSI