/finance/business
Navigation

COVID-19: le retour en force des sacs en plastique dans les supermarchés

L’entreprise québécoise Emballages EB a récemment livré 100 000 sacs à IGA

Coup d'oeil sur cet article

En raison de la COVID-19, l’industrie des sacs de plastique revient en force après avoir été délaissée par plusieurs détaillants.   

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie  

• À lire aussi: COVID-19: le Québec inc. en prend pour son rhume  

Depuis quelques jours, plusieurs entreprises, comme Loblaw, n’acceptent plus les sacs réutilisables, notamment pour protéger leurs employés. Des franchisés de supermarchés IGA ont également revu leur politique.     

Rappelons que le 19 mars, IGA prévoyait bannir l’utilisation des sacs de plastique au Québec et au Nouveau-Brunswick. Cette mesure était déjà en vigueur depuis septembre sur l’ensemble du territoire de Montréal. 

ÉCOUTEZ l'entrevue de Frédéric Lessard, président directeur-général de l’entreprise québécoise Emballages EB, sur QUB radio:

Au cours des derniers jours, l’entreprise québécoise Emballages EB a livré plus de 100 000 sacs de plastique dans certains supermarchés IGA. La direction d’Emballages EB concède qu’il s’agit d’un revirement de situation.    

«Je suis présentement en discussion avec Sobeys», indique au Journal le PDG, Frédéric Lessard. «Je pourrais produire avec ma machine environ 125 000 sacs à bretelles par semaine», poursuit l’homme d’affaires.    

Emballages EB produit par année plus de 200 millions de sacs de différents modèles. La compagnie compte 25 employés à son usine, à East Broughton. Aucune mise à pied n’a encore été nécessaire.     

Du retard dans le recyclage  

Quant à la question environnementale, M. Lessard répond qu’il est possible de recycler des sacs de plastique. Le Québec est toutefois mal outillé pour limiter l’impact sur l’environnement.    

«Je recycle 140 000 livres par année. Rien ne va dans la poubelle. Avec mes retailles, je peux refaire des sacs», avance-t-il. «Nous avons pris du retard au Québec pour le recyclage du plastique. On peut faire mieux», ajoute-t-il.    

Chez Loblaw, l’abandon temporaire des sacs à usage unique touche notamment les enseignes Maxi, Provigo et Pharmaprix, ont confirmé des employés.    

«Compte tenu des circonstances actuelles exceptionnelles, nous nous efforçons par tous les moyens de minimiser les contacts afin d'assurer la sécurité de nos collègues et de nos clients», avance la porte-parole de Loblaw au Québec, Johanne Héroux. «À cette fin, nous avons éliminé les frais normalement exigés pour les sacs de plastique», poursuit-elle.   

Du côté de Metro, les sacs réutilisables sont toujours permis dans l’ensemble des supermarchés. Le client doit toutefois emballer sa marchandise.    

Hausse des ventes  

Emballages EB n’est pas la seule entreprise à avoir vu ses ventes bondir au cours des derniers jours pour certains produits. Le Groupe PolyAlto de Québec a vendu des plexiglas et des visières en grande quantité.    

La compagnie travaille aussi sur des cloisons de sécurité qui pourraient être installées dans des hôpitaux ou des bureaux, ainsi que sur des boîtiers transparents qui permettraient au personnel médical d’administrer des soins sans compromettre leur sécurité.   

« Notre groupe a réagi très rapidement face à la crise. En trois jours à peine, nous avons conçu et entamé la production de masse, soit près de 150 000 unités, d’une visière de protection pour les services de premiers répondants», indique Marc Lewis, président de la compagnie qui emploie 120 personnes dans ses installations de Québec et de Montréal.