/news/currentevents
Navigation

COVID-19: «C’est le temps de sortir la matraque!» estiment deux avocats

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les gens qui anéantissent les efforts de tous parce qu'ils ne prennent pas au sérieux les consignes en temps de pandémie doivent être sévèrement punis, estiment deux avocats. 

• À lire aussi: Le SPVM intervient dans une synagogue 

• À lire aussi: La SQ se prépare à géolocaliser 

• À lire aussi: Des gens indisciplinés ne comprennent toujours pas 

En entrevue à l’émission de Denis Lévesque sur LCN, Me Jean-Pierre Rancourt et Frédéric Bérard, docteur en droit constitutionnel, ont salué jeudi soir le durcissement de ton demandé par le premier ministre François Legault. Les contrevenants qui ne respectent pas les règles d’isolement et d'éloignement s’exposent à des amendes pouvant aller jusqu’à 6000$. 

«C’est le temps, même si je ne suis pas toujours pour la matraque, a soutenu le criminaliste Jean-Pierre Rancourt. La majorité des gens se serrent la ceinture et une petite minorité s’en fout. C’est le temps de frapper.» 

Frédéric Bérard abonde dans le même sens. «Je ne suis jamais à l’aise quand on réprime les libertés civiles, mais, dans ce cas-ci, on a un effort de guerre à donner et il faut l’unanimité là-dessus. Ils ne mettent pas seulement leur vie en danger, mais celle des autres», a-t-il soutenu. 

Les amendes ne sont-elles pas trop élevées pour les récalcitrants, puisque les revenus se font moindres en temps de pandémie? a demandé Denis Lévesque. 

«Justement. Si on veut une amende qui porte ses fruits, et rapidement, il faut une amende qui fait mal», a ajouté Frédéric Bérard.