/opinion/columnists
Navigation

Dans les culottes de Legault

François Legault
Photo Jean-Francois Desgagnés François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Ça fait déjà quelques jours que la population demande au gouvernement Legault de lui dire les vraies affaires. Au centre de la discussion : la fameuse courbe de contamination. On voudrait savoir avec exactitude quand la COVID-19 frappera le plus fort.

Le gouvernement nous cache-t-il de l’information ?

Oui, et c’est une bonne affaire. Les gestionnaires le savent, en gestion il y a essentiellement deux processus quand vient le temps de prendre des décisions. La méthode rationnelle et la méthode inductive. La première implique qu’on prenne des décisions en fonction de l’information disponible au moment où on les prend. C’est ce que fait le gouvernement du Québec depuis le début de la crise.

La seconde méthode, inductive, relève du tâtonnement. On agit tout de suite en corrigeant le tir au besoin. C’est la méthode Trudeau. Pas mauvais quand il y a beaucoup de facteurs inconnus. 

Il n’y a pas de complot, il y a des gestionnaires

Si François Legault a promis à la population de lui révéler la courbe la plus probable, il ne peut pas garantir que ce scénario se concrétisera dans le réel. Nous sommes actuellement dans une situation où l’information par rapport au virus évolue chaque jour. Le futur dépendra presque entièrement de nos actions collectives. 

Imaginez un peu. On va révéler un scénario dont les variables sont indubitablement appelées à changer. Et, immanquablement, il y aura des gérants d’estrade pour dire qu’on aurait dû faire ceci ou cela. C’est facile, après coup, quand on a toutes les données en main, de dire qu’on aurait pu calculer ses affaires autrement et prendre d’autres décisions par rapport à des infrastructures comme notre système de santé.

Le gouvernement Legault agit en ce moment comme un météorologue. Et que fait le météorologue ? Il se fie à des données empiriques pour faire des projections et transmettre l’information météorologique au public : 70 % de probabilités d’averse.

Je n’aimerais pas être dans les culottes de François Legault en ce moment. On aura beau peindre des arcs-en-ciel, personne ne sait ce qu’il y aura au bout. Sûrement pas un chaudron d’or.