/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: 400$ de plus par mois pour certains travailleurs essentiels

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – Québec offrira 400$ par mois aux travailleurs des services essentiels les moins nantis pour les garder en poste pendant la crise de la COVID-19, mais à partir de la fin mai seulement.  

• À lire aussi: Maintenant 6101 cas de la COVID-19 au Québec, dont 61 décès  

• À lire aussi: Pas de géolocalisation «à court terme», dit François Legault  

• À lire aussi: Résidences pour aînés: Les familles pourront ramener leurs parents âgés chez eux  

Ce sont ainsi 600 000 travailleurs des services essentiels comme les commis d’épicerie et de dépanneur, les agents de sécurité, les cuisiniers, les boulangers, les livreurs, les préposés à l'entretien ménager qui verront leurs revenus être bonifiés.  

Photo Didier Debusschère

Au moment de l’annonce par le gouvernement fédéral d’une aide de 2000$ par mois aux travailleurs licenciés en raison de la crise de la COVID-19, plusieurs intervenants avaient souligné que de nombreux travailleurs jugés essentiels gagnaient déjà moins que ce montant.  

Avec cette nouvelle compensation annoncée aujourd’hui, Québec a voulu corriger cette incohérence et démontrer sa reconnaissance envers ces travailleurs, a indiqué vendredi le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet.  

Photo Didier Debusschère

«Par cette mesure, nous souhaitons donner un coup de pouce à tous ceux qui se lèvent chaque matin et qui permettent de maintenir ces services essentiels. Vous faites une réelle différence dans la vie des Québécois. On vous demande de continuer et de ne pas lâcher», a-t-il expliqué en conférence de presse.  

Les travailleurs qui en font la demande ne verront toutefois pas la couleur de cet argent de sitôt. Elle leur sera versée par dépôt direct à compter du 27 mai seulement.  

Le gouvernement Legault ne s’en cache pas, il souhaite aussi que cette prime encourage ces travailleurs à rester au travail.  

Jean Boulet a d’ailleurs fait état d’une «certaine fragilité» dans certains secteurs d’emplois, sans préciser lesquels, où la création de la Prestation canadienne d’urgence au fédéral a eu un «effet désincitatif au travail».  

Par ailleurs, d’autres primes destinées au personnel de la santé et annoncées jeudi ont semé la grogne parmi les rangs des paramédics qui en ont été exclus. Chez Urgence-Santé, dont les quelque 1000 paramédics desservent deux régions durement touchées par le virus au Québec (Montréal et Laval), c’est la consternation, a indiqué le président du Syndicat du préhospitalier (FSSS-CSN), Réjean Leclerc.  

«On ne peut pas dire d’un bord de la bouche qu’on nous remercie [...], pis de l’autre bord "pas vous autres, il n’en est pas question"», a-t-il déploré, en ajoutant être pourtant toujours en discussion avec Québec.  

Dans sa conférence de presse quotidienne, le premier ministre François Legault a laissé entendre qu’il pourrait faire une annonce en ce sens bientôt.  

«Dans les mesures qui ont été annoncées [jeudi], ça n'incluait pas toutes les infirmières, infirmières auxiliaires du secteur privé, ambulanciers. [On est] en train de tout regarder ça [pour] corriger le tir, et on va annoncer de bonnes nouvelles», a-t-il indiqué.  

La prime du Programme incitatif pour la rétention des travailleurs essentiels (PIRTE):  

400$ par mois pour un maximum de 16 semaines  

Trois critères pour être admissible:   

  • Travailler dans un secteur décrété comme essentiel  
  • Gagner moins de 550$ brut par semaine  
  • Gagner un salaire annuel d’au moins 5000$ et d’au plus 28 600$    

Possible de s’inscrire à partir du 19 mai.  

Les versements débuteront le 27 mai.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

À voir aussi