/sports/hockey
Navigation

Une histoire qui en dit long sur Phil Kessel

Une histoire qui en dit long sur Phil Kessel
Photo d'archives Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le passage de Phil Kessel à Toronto, avec les Maple Leafs, aura été rocambolesque. Bien qu'il ait été la tête de Turc des médias de la Ville Reine, sa personnalité réservée n'a pas changé d'un iota. 

En effet, Kessel a été attaqué de toutes parts dans les médias de Toronto en raison de ses performances sur la patinoire. Mais s’il y a quelque chose qui ressort de cet épisode, c’est que Kessel, finalement, s’en foutait. 

«Phil se faisait détruire par les médias, a tout d’abord indiqué sur son compte Twitter l’ancien directeur général de l’équipe Brian Burke. Alors, je lui ai demandé s’il voulait que je lui donne un peu d’espace en y allant d’une diatribe, en criant après un journaliste, peu importe. 

«Il a dit: “Les seuls gars dont je me préoccupe sont ceux dans le vestiaire. J’apprécie, mais conserve ta salive, je suis correct.”» 

Et Burke ne s’est pas arrêté là. 

«Phil a pris beaucoup de coups, mais il a été bon pour moi aux Olympiques et à Toronto, a continué l’ancien dirigeant maintenant analyste à Sportsnet. Il ne demandait pas beaucoup d’attention et traitait tous les enfants aux prises avec le cancer [il est lui-même un survivant] comme de la royauté. Il voulait toujours les faire sentir spéciaux.» 

Kessel a passé six saisons avec les Maple Leafs, lors desquelles il a amassé 394 points en 446 parties. 

Marc Bergevin le plus drôle 

On a également demandé à Burke qui est le joueur le plus drôle qu’il ait rencontré. Il n’a pas hésité à nommer Marc Bergevin, actuel DG du Canadien de Montréal et joueur de tours notoire. 

«Marc Bergevin, et de loin. Je l’ai eu à Hartford et à Vancouver, et je n’ai jamais vu un joueur qui pouvait [comme lui] faire hurler de rire tout un autobus de hockeyeurs. Même aujourd’hui, lorsqu’il m’envoie un texto, ça me fait toujours rire», a-t-il répondu.