/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Un Québécois aide à nourrir les plus démunis du foyer de la pandémie à New York

Deux employés bien protégés se préparent à aller livrer des repas à Manhattan.
Photo courtoisie Deux employés bien protégés se préparent à aller livrer des repas à Manhattan.

Coup d'oeil sur cet article

Un Québécois fait partie des anges gardiens dans le nouvel épicentre de la pandémie, à New York, en participant à la préparation de milliers de repas pour nourrir les résidents vulnérables des quartiers défavorisés. 

• À lire aussi: COVID-19: Un New-Yorkais se réfugie à Stoneham

• À lire aussi: [EN DIRECT SAMEDI 4 AVRIL] Tous les développements de la pandémie

Damien Alix-Souhabi réside à New York depuis cinq ans. L'entreprise pour laquelle il travaille, Great Performances, est l’un des plus gros services de traiteur de la ville. Celle-ci est parvenue à servir 24 000 repas la semaine dernière grâce à la contribution financière de la Ville. Si ce sont les personnes âgées les plus démunies qui bénéficient du service pour l’instant, la compagnie compte bientôt fournir des repas aux premiers répondants également.

Damien Alix-Souhabi réside à New York depuis cinq ans.
Photo courtoisie
Damien Alix-Souhabi réside à New York depuis cinq ans.

Pour le moment, ce sont les maisons de retraite de Manhattan qui sont desservies, qui sont surtout des logements sociaux. «Beaucoup de ces personnes âgées sont seules et n’ont personne pour les aider», précise le Québécois . Ce dernier ajoute que l’une d’elles a même avoué ne pas avoir mangé depuis quatre jours lorsqu’ils sont allés lui porter un repas.

«Dès qu’on a perdu la majorité de nos événements, notre patron a rapidement essayé de trouver une façon d’aider», explique Damien Alix-Souhabi. Quand ce dernier a vu la crise arriver, il a choisi d’être transféré dans les bureaux. Il s’occupe maintenant de former les équipes de livraison pour servir le plus de repas possible.

Par ailleurs, la Ville a également mis sur place plus de 400 installations où les New-Yorkais peuvent se rendre en semaine pour recevoir jusqu’à trois repas gratuits par jour.

Les quartiers défavorisés largement plus affectés

Sur les 56 289 cas de la ville de New York, 18 823 d’entre eux proviennent du comté de Queens, le plus durement touché par la pandémie. Le PDG du système de santé public de la ville de New York, Mitchell Katz, explique ces chiffres en partie par la présence de pauvreté dans le secteur. «Dans le Queens, plusieurs familles vivent ensemble dans des appartements très petits et rapprochés, ce qui facilite la transmission du virus», dit-il.  

Deux employés bien protégés se préparent à aller livrer des repas à Manhattan.
Photo courtoisie

Des données publiées par la Ville de New York démontrent également que la pandémie se propage davantage dans les quartiers défavorisés. Beaucoup plus de résidents ont été testés positifs au virus dans les quartiers de Jackson Heights, d’Elmhurst et de Corona dans le Queens que dans les secteurs plus riches de Manhattan et de Brooklyn.

Samedi, le coronavirus avait enlevé 3565 vies dans l’état de New York, qui regroupe un peu plus de 40% des cas aux États-Unis. Dans la ville de New York se trouvent 20% des cas du pays et le bilan des décès est monté à 1867.