/news/green
Navigation

[EN IMAGES] Une quarantaine de résidences inondées à Beauceville

La rivière Chaudière est sortie de son lit et a touché quelques municipalités

Coup d'oeil sur cet article

BEAUCEVILLE | En cette période de confinement, la rivière Chaudière a mis à l’épreuve le moral des Beaucerons en s’invitant dans plusieurs résidences, dans la nuit de vendredi à samedi.  

• À lire aussi: [EN IMAGES] Crue des eaux en Beauce: Beauceville et Sainte-Marie se préparent  

L’usine Vachon de Sainte-Marie était parée à toute éventualité.
Photo Agence QMI, Guy Martel
L’usine Vachon de Sainte-Marie était parée à toute éventualité.

À Beauceville, une quarantaine de propriétés ont été touchées à divers degrés au beau milieu de la nuit et trois personnes ont été évacuées, après des mouvements de glace. Heureusement, les impacts constatés sont relativement « mineurs » et se résument souvent à des sous-sols inondés, a indiqué Paul Morin, directeur des communications de la municipalité. 

Photo Agence QMI, Guy Martel

Rien de comparable aux inondations historiques de 2019, donc, malgré de mauvais souvenirs réveillés. 

Claude Doyon montre jusqu’où l’eau est montée près de son logement, à Beauceville. Des pompes ont permis d’éviter les dégâts au sous-sol.
Photo Dominique Lelièvre
Claude Doyon montre jusqu’où l’eau est montée près de son logement, à Beauceville. Des pompes ont permis d’éviter les dégâts au sous-sol.

« Mon propriétaire m’a appelé pour que je tasse mon char à 3 h du matin. L’eau est entrée un peu dans la cave puis c’est redescendu vers cinq, six heures. C’est “plate”, mais il faut vivre avec. Je m’y attendais » dit Claude Doyon, qui habite la 122e rue près de l’avenue Lambert. 

Photo Agence QMI, Guy Martel

Long embâcle 

Dans le même secteur, Joseph Poulin, 87 ans, n’a pas été trop impressionné lui non plus. « Certains passent leur temps à se lamenter, mais je ne suis pas le gars pour ça ! » lance l’homme, dont la maison — qu’il habite depuis 1984 — va être démolie en juillet à la suite des événements du printemps précédent. 

Photo Agence QMI, Guy Martel

Ailleurs, d’autres débordements ont touché entre quatre et cinq résidences à Notre-Dame-des-Pins, au moins une autre à Saint-Joseph et une vingtaine à Scott. Certaines étaient inoccupées, car vouées à être démolies.  

En avant-midi, le niveau de la rivière s’est mis à baisser et c’est la présence d’un embâcle de près de sept kilomètres, au nord de Beauceville, qui constituait la principale menace, tant et si bien que le risque d’inondation était encore présent. Dimanche, la vigilance sera maintenue alors qu’on prévoit une faible pluie. 

Photo Agence QMI, Guy Martel

Le mercure a atteint dix degrés samedi, en Beauce, mais en contrepartie, le couvert de neige et les précipitations sont plus faibles cette année, et les températures tournent autour du point de congélation la nuit, ce qui est de bon augure selon Éric Drolet, porte-parole au ministère de la Sécurité publique. 

« Sous contrôle » 

« Il y a eu certains débordements, certaines évacuations préventives, certaines inondations mineures aussi, mais tout se passe très bien, tout est sous contrôle », a rassuré la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, en rappelant que les rassemblements, même près des rivières, sont prohibés. 

Photo Agence QMI, Guy Martel

De son côté, la Ville de Lévis a dépêché la fameuse pelle amphibie pour briser le couvercle de glace sur la rivière Beaurivage à Saint-Étienne. Malgré un débit important, le risque d’inondation est jugé faible pour l’instant. 

- Avec la collaboration de Patrick Bellerose