/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Un New-Yorkais se réfugie à Stoneham

L’homme, qui présentait des symptômes grippaux, a dû être transporté à l’hôpital

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le locataire de ce chalet de Stoneham, originaire de New York, a été transporté à l’hôpital par les ambulanciers après avoir ressenti des symptômes grippaux.

Coup d'oeil sur cet article

Un résident de la Grosse Pomme qui a fui la crise sanitaire en louant un chalet au nord de Québec a dû être transporté à l’hôpital parce qu’il avait des symptômes grippaux, dont de la fièvre. 

Profitant de la situation avant que la frontière avec les États-Unis ne soit officiellement fermée, un New-Yorkais a décidé de prendre la poudre d’escampette et de fuir la COVID-19 en se réfugiant au Québec. Depuis le 26 mars, soit jeudi dernier, l’homme s’est loué un chalet dans le secteur de Saint-Adolphe, un village maintenant fusionné avec Stoneham. 

Or, quelques jours après son arrivée, l’homme qui présentait des symptômes grippaux a été contraint d’appeler les services d’urgence à cause de son état. Les ambulanciers se sont donc rendus sur place en prenant toutes les précautions pour éviter une éventuelle contamination compte tenu de sa provenance et de son état.  

Test de la Covid 

Selon le New-Yorkais, qui a refusé de décliner son identité, le test ne serait pas positif. «Je ne suis pas certain, j’ai eu un test négatif, mais je ne suis pas certain, je suis confiné, je ne peux pas aller dehors», a-t-il expliqué en anglais au Journal.  

«J’ai été à l’hôpital et on m’a testé», ajoute celui qui a par la suite pu rentrer à son chalet en taxi. Ce dernier se porte bien malgré la fièvre toujours présente.  

Il a confirmé avoir fui la ville la plus infectée du monde pour ne pas attraper la COVID. «Je suis venu au Canada pour me sauver de là.» Il dit cependant avoir quitté New York alors qu’il n’y avait encore aucun cas.   

Le locataire qui circule avec une voiture louée, immatriculée en Ontario, ajoute avoir résidé dans un hôtel de Québec avant de se rendre à Saint-Adolphe le 26 mars pour un mois. «Le propriétaire et moi sommes au courant des restrictions», ajoute-t-il.  

Le propriétaire du chalet en question s’est quant à lui défendu d’avoir contrevenu à la règle du gouvernement émise deux jours après la location du chalet, interdisant la pratique pour éviter les voyages interrégionaux.  

«L’histoire a changé plusieurs fois», indique Georges-Étienne Legendre.  

Il fait valoir que les locations conclues avant le 27 mars, minuit, demeuraient valides.  

«Réservation de longue durée» 

«Le gars est là, c’est une réservation de longue durée, je me suis dit on va conserver la réservation», explique M. Legendre. Le propriétaire assure ne pas avoir eu de contact avec son client et avoir insisté sur le confinement.  

«Par responsabilité sociale, je me suis proposé d’aller porter sa nourriture.» «Je le dépanne», a-t-il conclu, rappelant que ce dernier a été déclaré négatif à la COVID.