/news/currentevents
Navigation

COVID-19: accusé d’avoir frappé un agent de sécurité

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Un homme de 25 ans a été accusé, dimanche, d’avoir percuté avec sa voiture un agent de sécurité d’un Walmart qui refusait de le laisser entrer afin de faire respecter la distanciation sociale.

• À lire aussi: COVID-19: le cap des 250 décès dépassé au Canada  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie  

• À lire aussi: COVID-19: les stationnements du parc du Mont-Royal et l'île Notre-Dame fermés

Nacime Kouddar, de Montréal, a comparu par voie téléphonique, dimanche, et fait face à trois chefs d’accusation, soit d’agression armée avec un véhicule, de voies de fait graves et de délit de fuite. 

En après-midi samedi, l’agent de sécurité et père de cinq enfants Philippe Jean a refusé que Kouddar et une femme qui se trouvait avec lui entrent dans le Walmart. La règle du magasin stipulait qu’un seul individu par véhicule pouvait avoir accès au commerce.

Traîné sur plusieurs mètres

Le couple et l’agent de sécurité ont échangé quelques mots jusque dans le milieu du stationnement. 

« À un certain moment, le client frustré a directement foncé avec son véhicule sur l’employé, le traînant même sur le capot sur plusieurs mètres », a affirmé la police de Sherbrooke. La victime était toujours dans un état critique, dimanche soir.

« Nous sommes profondément attristés par cette agression non provoquée en période de crise nationale, où nous essayons tous de faire appliquer les réglementations urgentes mises en œuvre par notre gouvernement », a indiqué sur sa page Facebook TITAN Sécurité pour qui travaille l’agent.

 

Le directeur de la police de Sherbrooke, Danny McConnell, a lancé un « appel au calme », dimanche, auprès de ses concitoyens affectés par la crise de la COVID-19.

Une campagne de sociofinancement a été lancée sur le site tiing pour venir en aide au travailleur et à sa famille. Elle avait permis d’amasser plus de 3500 $ dimanche après-midi. 

– Avec l’Agence QMI