/finance/business
Navigation

COVID-19: le site web du Panier Bleu pris d’assaut par les PME

Le Panier Bleu créé pour aider les entreprises locales était déjà inaccessible à cause de sa popularité

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau site web du gouvernement pour promouvoir l’achat local a été pris d’assaut par les PME, dimanche, le rendant hors service durant des heures, signe de l’intérêt que l’initiative suscite.  

• À lire aussi: La balle est maintenant dans le camp des Québécois  

• À lire aussi: COVID-19: 7944 cas, le Québec sur pause jusqu'au 4 mai  

• À lire aussi: Legault demande d’acheter local  

  • Écoutez l'entrevue du DG du site lepanierbleu.ca avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a annoncé dimanche le lancement du site lepanierbleu.ca, qui regroupera sous un même toit plusieurs commerces québécois.         

Photo Didier Debusschère

L’objectif est que les consommateurs misent davantage sur des produits d’ici pour atténuer l’impact des mesures instaurées pour stopper la propagation de la COVID-19.          

  • ÉCOUTEZ la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec pour Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec, à QUB Radio:   

Moins de trois heures après l’annonce du ministre, la plateforme n’était déjà plus accessible aux entrepreneurs et aux consommateurs en raison de « problèmes liés à une trop forte demande ». Il n’était donc plus possible de s’inscrire.       

Photo Didier Debusschère

C’est vers 18 h que le site a été de nouveau en fonction. À ce moment, 1170 commerces avaient adhéré à l’initiative.        

Adhésion gratuite  

Pour s’inscrire, les entrepreneurs doivent remplir un formulaire en ligne. Un comité supervise les candidatures. L’adhésion des entreprises est gratuite.      

Photo Didier Debusschère

« Cette plateforme numérique va permettre aux Québécois de repérer, dans chacune des régions, les produits et services locaux. J’appelle les Québécois à être solidaires de nos entrepreneurs locaux et de tous leurs employés. On achète local », a imploré M. Fitzgibbon.          

Photo Didier Debusschère

Par ailleurs, le gouvernement n’a pas l’intention de faire du Panier Bleu un Amazon québécois. Il ne s’agira pas d’un site transactionnel. Québec a injecté 300 000 $ dans la création de cette plateforme dirigée par une organisation à but non lucratif.      

Le conseil d’administration du Panier Bleu est composé de gens d’affaires de plusieurs secteurs, notamment d’experts du commerce en ligne et du marketing. Il y a également deux représentants du ministère de l’Économie.      

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

  

Pilotée par Alexandre Taillefer  

L’initiative a notamment été pilotée auprès du gouvernement par l’homme d’affaires Alexandre Taillefer, associé principal chez XPND Capital. La plateforme est hébergée au Québec par l’entreprise Stack Harbor, a précisé le gouvernement.      

En 2017, M. Taillefer avait lancé l’idée d’un Amazon québécois. En novembre, le premier ministre François Legault et le ministre Fitzgibbon avaient aussi évoqué cette possibilité.      

La nouvelle plateforme agira comme vitrine pour obtenir de l’information sur les entreprises et leurs marchandises. Il faudra se diriger sur le site internet des compagnies pour obtenir les prix pour les produits.      

L’ancien président du conseil d’administration du Conseil canadien du commerce de détail, Alain Dumas, occupera le poste de directeur général.       

Au conseil d’administration, on retrouve notamment l’ancien président de Lowe’s Canada Sylvain Prud’homme et la présidente et éditrice de Ricardo Media, Brigitte Coutu.       

– Avec TVA Nouvelles  

Comment ça marche      

Capture d'écran, lepanierbleu.ca

Adresse: lepanierbleu.ca   

  • Répertoire des commerçants locaux du Québec qui maintiennent leurs activités pendant la crise.       
  • La recherche peut se faire par région, catégorie de commerce et mode de vente (en ligne, livraison ou sur place).      
  • Un moteur de recherche y sera ajouté pour repérer les produits vendus.       
  • Les consommateurs pourront se créer un profil.            

Dimanche soir, 1170 commerces y étaient inscrits  

À VOIR AUSSI