/sports/others
Navigation

Jeux olympiques: «Le désir est là», dit Katerine Savard

Jeux olympiques: «Le désir est là», dit Katerine Savard
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Le report d’un an des Jeux olympiques de Tokyo, en raison de la pandémie de COVID-19, a d'immenses conséquences pour les organisateurs, les commanditaires, mais surtout les athlètes. Pour certains, ce n’est qu’une attente supplémentaire, mais pour d’autres, cela peut représenter tout un casse-tête.

C’est le cas pour la nageuse québécoise Katerine Savard. Cette dernière n’a en effet toujours pas pris sa décision quant à sa participation aux Olympiques en 2021.

«Ça implique beaucoup de choses, a souligné Savard, dimanche, lors de l’émission Salut Bonjour sur les ondes de TVA. Le désir de vouloir le faire est là.»

«Quand j’ai pris une pause de mon sport en 2018, quand j’ai recommencé, c’est parce que j’avais comme objectif d’aller aux Jeux. J’avais ce rêve qui était revenu. De le décaler d’un an, ça implique beaucoup. Ce sont des réflexions à faire. J’y réfléchis tous les jours. Ça fait peur en fin de compte.»

À 26 ans, Savard a déjà participé aux Jeux olympiques à deux reprises, soit en 2012 à Londres et en 2016 à Rio de Janeiro. Elle a d’ailleurs remporté une médaille de bronze au relais féminin 4 x 200 m. Ainsi, la Québécoise se considère-t-elle maintenant parmi les vétéranes?

«Je pense que ça dépend beaucoup du parcours de chacun, a souligné la nageuse. J’ai fait mes premiers Jeux à 18 ans. Donc c’est sûr que le parcours est différent de quelqu’un qui fait ses premiers Jeux à 25 ans. Je dirais ça tend à aller de plus en plus jeune, mais de plus en plus vieux aussi.»

Savard, malgré le confinement, reste active en faisant de la course et quelques exercices, en étant «dans un chalet dans le bois».