/news/transports
Navigation

Ottawa impose une réduction du trafic maritime des passagers

Coup d'oeil sur cet article

Les navires commerciaux non essentiels transportant plus de 12 passagers sont interdits et les traversiers du pays devront réduire de moitié leur capacité maximale d'usagers, a annoncé dimanche le gouvernement fédéral afin de mieux lutter contre la COVID-19.

Ces mesures entreront en vigueur lundi.

Cela veut donc dire que des sorties maritimes pour des activités touristiques ou récréatives doivent se limiter à 12 passagers jusqu’au 30 juin.

Quant aux traversiers, le nombre de passagers à bord ne pourra pas dépasser la moitié de ce qui est permis en temps normal. Ils devront également prendre des mesures afin de contrôler les risques de propagation du coronavirus. Par exemple, ils devront demander dans la mesure du possible aux passagers de rester dans leur véhicule durant le trajet.

Les navires de croisières n’auront également pas le droit de se rendre dans l’Arctique, à moins d’autorisation spéciale.

«La sûreté et la sécurité des voyageurs et du réseau de transport du Canada sont ma priorité absolue. Ces nouvelles mesures aideront à réduire la propagation de la COVID-19 tout en continuant d'appuyer la circulation continue des marchandises dans la chaîne d'approvisionnement et en garantissant aux Canadiens un accès sécuritaire à leur domicile, à leur lieu de travail et aux services essentiels», a affirmé le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, par communiqué.

Ces directives ne s'appliquent pas aux navires marchands ainsi qu’aux bateaux de pêche et de plaisance.

La Société des traversiers du Québec (STQ) avait déjà fortement revu son offre de service à la baisse le 23 mars pour s'adapter à la pandémie. Par exemple, le traversier entre Québec et Lévis est dorénavant réservé aux piétons uniquement avec des heures réduites.

La STQ avait précisé que le trafic sur ses embarcations a grandement diminué en raison de la COVID-19.