/qubradio
Navigation

COVID-19: «Lâche ton nombril et respecte les directives», lance la fille d'une victime

Eddy Beauvillier et sa fille Sophie Trudel-Beauvillier
Photo courtoisie Eddy Beauvillier et sa fille Sophie Trudel-Beauvillier

Coup d'oeil sur cet article

En deuil de son père, mort de la COVID-19, une femme a lancé un appel émouvant à toutes les personnes récalcitrantes qui, malgré les demandes répétées des autorités, refusent de se plier aux directives d'éloignement social.  

«Ce n’est pas juste des statistiques, il y a des personnes en arrière. Il y a des familles qui sont autour d’eux. Ces gens-là sont fragiles, ils peuvent en mourir», a lancé Sophie Trudel-Beauvillier à QUB radio, lundi.    

Son père, Eddy Beauvillier, était âgé de 88 ans lorsqu’il est mort de la COVID-19 le 2 avril dernier, dans une résidence de Laval.        

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Sophie Trudel-Beauvillier sur QUB radio:   

«Mon père allait très bien jusqu’au lundi. Il est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi», a précisé Mme Trudel-Beauvillier, qui a pu lui rendre visite la veille de son décès, en portant un équipement de protection, et lui dire une dernière fois qu’elle l’aimait.    

À ce moment, son état était stable, a-t-elle raconté, mais la vie de la femme de 37 ans a basculé quelques heures plus tard lorsqu’on l’a appelée pour lui indiquer que son père avait rendu l’âme.    

Sophie Trudel-Beauvillier et son père Eddy Beauvillier
Photo courtoisie
Sophie Trudel-Beauvillier et son père Eddy Beauvillier

«Mon père, je ne l’avais pas visité depuis le 22 février parce que je voulais le protéger. [...] Malgré toutes les précautions qu’on prend, toutes les précautions que le personnel merveilleux de la résidence a prises, mon père l’a attrapé et, malheureusement, il en est décédé», a confié la femme au micro de Sophie Durocher.    

Le lendemain de la disparition de son père, Mme Trudel-Beauvillier a interpellé les internautes dans une publication Facebook où elle les somme de «respecter les directives» d'éloignement social, puisqu’il s’agit «d’une question de vie ou de mort».    

«À toi qui crois que tu es au-dessus de tout ça, qui crois que ce n’est pas obligatoire de laver tes mains, que ce n’est pas nécessaire de garder tes distances. À toi qui ne respectes pas l’isolement. À toi qui as visité une résidence pour aînés alors que tu revenais de voyage. Tu ne vas peut-être pas en mourir, ou même avoir des symptômes, mais tu pourrais contaminer des gens qui, eux, vont en mourir, comme mon papa. Lâche ton nombril et respecte les directives», peut-on lire dans la publication partagée plus de 9300 fois.    

«Pour aider les gens à nous soigner, ce qu’on peut faire, c’est de rester à la maison», a-t-elle ajouté lors de son passage à l’émission On n'est pas obligé d'être d'accord.    

Sophie Trudel-Beauvillier en a profité pour souligner le travail du personnel de la résidence qui a pris soin de son père jusqu’à son dernier souffle, même en cette rude période.    

«Ces gens-là font un travail fantastique, ils vont mettre leur vie en jeu pour pouvoir aider les autres, c’est extraordinaire», a-t-elle conclu.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions