/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: le PQ demande la fermeture des sections «non prioritaires» dans les grandes surfaces

COVID-19: le PQ demande la fermeture des sections «non prioritaires» dans les grandes surfaces
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Québec considère ajouter certains commerces à la liste des services essentiels afin de leur permettre de rouvrir une fois le pire de la crise passée, et ce, à condition d’obtenir l’approbation de la santé publique.

• À lire aussi: COVID-19: Le Québec sur pause pour encore trois semaines 

• À lire aussi: Legault demande d’acheter local 

C’est ce qu’a indiqué le premier ministre, François Legault, en conférence de presse lundi.

«Est-ce qu'on pourrait ajouter des petits commerces où on garde la distance de deux mètres, dans les prochaines semaines? Je n'exclus pas ça, mais il va falloir avoir le O.K. du Dr Arruda, et s'assurer qu'on a passé le sommet [de la crise]», a-t-il indiqué.

François Legault dit comprendre la frustration de certains commerçants dont les produits sont aussi offerts dans les grandes surfaces qui, elles, ont l’autorisation d'opérer. Il s’agit toutefois d’analyser «la balance des inconvénients» parce que les Québécois continuent de s’approvisionner en produits dans ces grandes surfaces qui vendent, par exemple, des grille-pains ou des séchoirs à cheveux, a-t-il affirmé.

«Il y a un inconvénient pour les petits commerçants que les grandes surfaces offrent d'autres produits, mais il y aurait un inconvénient pour les Québécois de fermer ces départements-là dans les grandes surfaces», a expliqué le premier ministre.

Pour le directeur national de la santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, il serait possible de rouvrir certains commerces, à condition qu’ils respectent une série de recommandations faites par le gouvernement.

ÉCOUTEZ l'entrevue de Pascal Bérubé, sur QUB radio: 

«Il faut que la distanciation sociale soit là, qu'on protège encore nos caissières avec des plexiglas, ce genre d'éléments là», a-t-il précisé.

Le Parti québécois demande la fermeture des sections «non prioritaires» dans les commerces à grande surface comme les rayons de vêtements, de jeux vidéo ou de bijoux pour éviter une «concurrence déloyale» à l’endroit des PME.

Selon le chef parlementaire du parti, Pascal Bérubé, seules doivent rester ouvertes les sections de biens essentiels telles l’épicerie, la pharmacie ou la quincaillerie.

Il estime que trop de commerces à grande surface ont maintenu l’ensemble de leurs sections ouvertes, ce qui met inutilement en danger la santé des employés et des clients.

«Au début de la crise, la décision de laisser les commerces à grande surface complètement ouverts pouvait se comprendre : nous devions permettre à tous de se procurer ce qu’il fallait pour amorcer la période de confinement et respecter les consignes. Mais le temps est maintenant venu de réviser la liste des services prioritaires pour l’adapter à la réalité de cette crise qui se prolonge», explique Pascal Bérubé, par voie de communiqué, lundi.

Pour le porte-parole du Parti québécois (PQ) en matière d’économie, Martin Ouellet, cette situation crée aussi une concurrence déloyale pour les PME qui vendent les mêmes biens, mais doivent demeurer fermées.

«Nos entrepreneurs ne doivent pas être punis davantage! Dans leur intérêt, il est temps de forcer les grandes surfaces à fermer dès maintenant les sections non prioritaires. Les biens vont demeurer disponibles en ligne; les consommateurs n’en seront donc pas privés. C’est une question de justice et d’équité autant que de santé publique», affirme le député de René-Lévesque.

Les biens non prioritaires vont demeurer disponibles en ligne, fait également valoir le PQ.

À VOIR AUSSI   

 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres