/news/currentevents
Navigation

Accusé d’avoir foncé sur un agent de sécurité dans le stationnement d'un Walmart

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que la famille de l’agent de sécurité gravement blessé dans une altercation survenue samedi au Wal-Mart de Sherbrooke est frappée par un élan de solidarité phénoménal, la conjointe de l’accusé relate une version complètement différente du drame.  

• À lire aussi: Accusé d’avoir frappé un agent de sécurité  

« C’est touchant de voir ça et de lire les messages de soutien qu’on reçoit, mais on demeure sous le choc de voir à quel point un événement banal est devenu extrême, lance Guillaume Jean, le frère de la victime, qui repose toujours dans un état critique à l’hôpital. Imaginez-vous ce qui va se passer quand deux personnes vont vouloir le dernier pain à l’épicerie. Vers où on s’en va? » 

L’histoire remonte à samedi, peu après 16 h, alors qu’un couple s’est présenté à l’entrée du magasin à grande surface pour y faire quelques achats. Nacime Kouddar, 25 ans, aurait mal pris qu’une agente de sécurité à l’entrée les avertisse qu’une seule personne par voiture pouvait entrer en raison de la pandémie. L’altercation se serait ensuite poursuivie dans le stationnement entre le jeune homme et un autre agent. 

« À un certain moment, le client frustré a directement foncé avec son véhicule sur l’employé le trainant même sur le capot sur plusieurs mètres, peut-on lire dans un communiqué de la police de Sherbrooke. Le conducteur a effectué une manœuvre pour faire tomber l’homme qui a subi de très graves blessures à la tête. » 

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Gilles Vachon, psychologue et conférencier à QUB radio:   

Dans le coma

Le couple aurait par la suite pris la fuite en voiture. L’agent de sécurité Philippe Jean, qui est aussi père de 5 enfants, a subi de sévères blessures à la tête et a été conduit d’urgence à l’hôpital. Il est toujours dans le coma.  

Dimanche, lorsque sa conjointe a finalement pu aller le visiter, l’homme de 35 ans aurait eu une forte réaction lorsqu’il a entendu sa voix. 

« Il a bougé les mains, les jambes, c’est comme s’il voulait se réveiller, mais les médecins le gardent endormi pour maximiser ses chances de se rétablir. Mais disons que c’était un moment assez percutant et émotif pour ma belle-sœur. » 

Au moment d’écrire ces lignes, une campagne de sociofinancment avait permis d’amasser plus de de 125 000 $ pour la famille de Philippe Jean. 

De son côté, Kouddar, a comparu hier après-midi au palais de justice de Sherbrooke. Il fait face à des accusations d’agression armée avec un véhicule, de voies de fait graves et de délit de fuite. Il doit revenir devant le juge aujourd’hui afin de fixer une date pour son enquête sur remise en liberté. 

Menaces de mort

La conjointe de l’accusé, qui était dans le véhicule et a été témoin de pratiquement toute la scène, est elle aussi complètement chamboulée depuis l’événement tragique. 

« Je reçois des menaces de mort et une quantité impressionnante de messages haineux », dit la jeune femme, qui a demandé l’anonymat pour éviter d’alimenter la haine à son égard. 

Selon celle qui partage la vie de Nacime Kouddar depuis plus de deux ans, la version donnée par la police de Sherbrooke ne reflète pas la réalité. Son copain et Philippe Jean se seraient bel et bien engueulés en raison de la règle d’une personne par voiture à l’entrée du Wal-Mart. Or, selon elle, c’est plutôt le gardien qui aurait été agressif en les poursuivant dans le stationnement et en grimpant sur leur véhicule. 

« On était sous le choc, on n’en revenait pas et mon copain donnait des coups de volant pour le faire descendre du toit de l’auto, puis il a fini par tomber au sol », raconte-t-elle. 

Traumatisé et apeuré de ce qui venait de se produire, le couple aurait décidé de quitter pour se rendre à l’appartement de la jeune femme, où ils voulaient appeler le 911. Or, c’est à cet endroit que Nacime Kouddar a été arrêté peu de temps après.  

Questionnée sur cette nouvelle version des faits, la police de Sherbrooke n’a pas répondu à notre demande d’entrevue hier.