/opinion/columnists
Navigation

Mes leçons

Made in China label with washing instructions
Photo Adobe Stock Trois leçons que j'ai tiré de cette crise...

Coup d'oeil sur cet article

À toute chose malheur est bon, dit l’adage.

Eh bien, voici trois leçons que je tire de la crise actuelle.

La religion est un virus mortel

« Je n’écoute pas les points de presse quotidiens du gouvernement, car ma religion m’interdit de regarder la télé. »

« La meilleure façon de combattre cette pandémie est de prier. »

« Ma religion me commande d’aller prier trois fois par jour dans mon lieu de culte. »

« Dans quelques jours, nous célébrerons une fête religieuse importante, alors virus ou pas, nous allons nous rassembler comme nous le faisons chaque année et comme nous le dicte le livre sacré. »

« Si nous avons à mourir, alors nous mourrons. De toute façon, le paradis n’est pas de ce monde... »

Il va falloir un jour se questionner sérieusement sur la place qu’occupe la religion dans notre monde. 

Si je vous disais que je crois aux loups-garous, me prendriez-vous au sérieux ?

Eh bien, même chose avec les bonshommes barbus qui vivent dans les nuages.

Comme l’écrivait Christopher Hitchens : « En diabolisant la science et se faisant complice de l’ignorance et de l’obscurantisme, la religion – une fabrication humaine qui exige une soumission aveugle de ses adeptes – met notre monde en danger. »

Fabriqué au Québec

« Tout est dans tout », disait Raoul Duguay. On devrait enseigner cette grande vérité aux consommateurs.

Jean achète un t-shirt « Made in China », car il n’est pas cher. Ce t-shirt n’est pas cher, car les employés qui le fabriquent sont mal payés. 

L’entreprise québécoise qui fabrique des t-shirts ici, au Québec, par des travailleurs québécois syndiqués et bien rémunérés voit ses ventes diminuer, car les gens achètent de plus en plus de t-shirts « Made in China ».

Cette entreprise décide donc de faire fabriquer ses t-shirts en Chine pour être concurrentielle. Elle ferme donc son usine à Trois-Rivières.

Cent personnes se retrouvent au chômage. N’ayant plus beaucoup d’argent dans leurs poches, ces personnes achètent donc des produits « Made in China », car ils sont moins chers. 

Etc., etc.

C’est comme ça qu’au fil des ans nous avons cédé des pans entiers de notre économie à des pays comme la Chine et l’Inde.

Même nos équipements médicaux sont fabriqués là-bas ! 

Résultat : nous sommes devenus de plus en plus dépendants de ces pays. Et qui dit « dépendants » dit « vulnérables ».

Comme l’a dit François Legault, le temps est venu de redevenir à nouveau maîtres chez nous ! 

Mais pour ça, il faut réapprendre à acheter local. 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Les tapons

Vous savez quelle est la différence fondamentale entre la droite et la gauche ?

La question de la responsabilité personnelle.

Les gens de droite croient que les individus sont responsables et parfaitement capables de décider ce qui est bon pour eux, alors que les gens de gauche croient que l’État doit prendre les individus par la main et les amener dans le bon chemin.

S’il y a quelque chose que cette crise a prouvé, c’est que oui, il y a des citoyens responsables, mais il y a aussi une méchante bande de tapons. 

Et ces tapons ne savent pas ce qui est bon pour eux.

Désolé, chers amis de droite, mais c’est ça. Vous ne voyez pas les individus comme ils sont, mais comme vous voudriez qu’ils soient.