/finance/pme
Navigation

Les ventes en ligne explosent: pas de congé pour les confiseries

KandJu, une entreprise de la Montérégie, tire son épingle du jeu grâce au web

Kandju
Photo courtoisie, Kandju En raison de la COVID-19, les propriétaires de l’enseigne KandJu, Marie-Ève Gladu et François St-Laurent, ont reporté leur projet d’agrandissement.

Coup d'oeil sur cet article

Deux semaines avant l’apparition de la COVID-19 au Québec, le détaillant de confiseries KandJu prévoyait annoncer le début d’un chantier de 2 millions $ visant l’agrandissement et l’automatisation de ses installations. Depuis, les plans ont changé et le web est devenu la priorité.   

La direction de l’entreprise de Saint-Césaire travaillait depuis un an et demi sur ce projet avec Investissement Québec, le ministère de l’Économie et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.  

Aujourd’hui, les neuf boutiques KandJu à travers la province sont fermées.   

Et le plan de croissance qui prévoyait un agrandissement de 6000 pieds carrés de l’usine est sur la glace pour un an.   

Quant au projet d’automatisation de la chaîne de production, il a été reporté de plusieurs mois.  

Ces investissements devaient permettre à KandJu de prendre d’assaut rapidement les tablettes des grandes surfaces, comme les supermarchés.  

Progrès de jour en jour  

Afin de maintenir une bonne santé financière, la direction a plutôt décidé de concentrer ses efforts sur la vente en ligne. Le chiffre d’affaires qui était «dans les six chiffres» sur le web avant la pandémie a explosé depuis de 5000 %. Comme quoi les amateurs de bonbons ne prennent pas de pause.  

«Cela progresse de jour en jour. Il faut se réinventer en cette période de crise. Il faut mettre en place des solutions créatives», conseille aux autres entrepreneurs Marie-Ève Gladu, la patronne chez KandJu, qui invite aussi les consommateurs à prioriser l’achat de produits locaux.  

«La pandémie actuelle nous obligera à nous réajuster, elle nous ramène à notre table à dessin et nous pousse à puiser au fond de notre imaginaire», poursuit celle qui dirige la compagnie avec son associé François St-Laurent.  

Comme plusieurs autres entreprises, KandJu a été contraint de mettre à pied temporairement 79 employés au cours des derniers jours.   

Manque de collaboration  

Mme Gladu déplore toutefois le manque de collaboration des propriétaires de centres commerciaux du Québec pour soutenir les détaillants dans cette crise.  

La semaine dernière, le Conseil québécois du commerce de détail, qui craint des faillites, proposait à tous les locateurs, incluant les grands propriétaires immobiliers, de suspendre immédiatement les loyers.   

«Nous avons plusieurs bailleurs et la majorité des baux s’appliquent encore», avance Mme Gladu. «Si nous fermons deux ou trois mois, nous aurions aimé pouvoir les reporter à la fin du bail afin de ne pas avoir de paiement pour le moment. Les propositions de la part des bailleurs sont très traditionnelles. Il n’y a pas de cadeau», poursuit-elle.  

KandJu    

  • 9 boutiques au Québec  
  • 90 employés, dont près de 80 ont été mis à pied.  
  • Les ventes en ligne ont explosé de 5000 % depuis le début de la pandémie de COVID-19  
  • Siège social à Saint-Césaire