/news/consumer
Navigation

«Très triste» gaspillage de lait, admet le ministre Lamontagne

Le ministre de l’Agriculture André Lamontagne
Photo d'archives, Simon Clark Le ministre de l’Agriculture André Lamontagne

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, se désole de voir plusieurs centaines de milliers de litres de lait gaspillés en raison de la baisse de la demande provoquée par la crise du coronavirus. 

«C'est sûr que c'est une situation qui est très triste», a réagi le ministre Lamontagne. 

Tel que rapporté dans nos pages, lundi, les producteurs laitiers québécois s’attendent cette semaine à se retrouver avec trois millions de lait en surplus, qui risquent donc de prendre le drain. Un producteur a notamment dit faire de l’insomnie devant l’ampleur du gaspillage. 

«C’est certain qu’on ne voudrait jamais en jeter», a commenté le ministre québécois de l’Agriculture, en rappelant que les producteurs laitiers ne sont pas les seuls à faire face à d’importants surplus de matière depuis le début de la crise. 

Partout au pays, la fermeture des hôtels, restaurants et institutions a fait chuter drastiquement la demande, d’où les surplus obtenus. 

Solidarité 

Le ministre Lamontagne garde toutefois bon espoir qu’à court terme, les producteurs laitiers réussiront à limiter le gaspillage en réduisant leur cadence de production. Ces derniers lui ont présenté un plan visant une réduction de la production de l’ordre de 3 %. 

Dans l’attente, pour ce qui est des surplus de lait cru à venir, «le défi, c’est le transformer ce lait-là», a souligné M. Lamontagne. 

Il salue d’ailleurs la solidarité dont toute l’industrie a fait preuve, la semaine dernière, en transformant puis en envoyant deux millions de litres de lait vers les banques alimentaires, plutôt qu’au drain. Cela a eu pour effet de limiter à 700 000 litres, la quantité de lait non transformé gaspillée. 

«On doit les remercier, plus que jamais pour leur contribution, a insisté le ministre. Je suis le premier à être témoin des efforts qu’ils investissent jour après jour, pour nourrir notre monde au Québec. Qu’ils continuent à avoir cette solidarité-là entre eux autres, on va passer à travers.»