/finance
Navigation

Un geste symbolique pour les économistes

Coup d'oeil sur cet article

Même s’il demeure symbolique, le virage « local » du gouvernement Legault pourrait faire une différence pour des entreprises à risque, jugent les économistes en chef de la Banque Laurentienne et de l’Industrielle Alliance.  

« C’est le bon réflexe du gouvernement, parce que malheureusement, cette crise fait ressortir les instincts protectionnistes de plusieurs pays, à commencer par les États-Unis, juge Clément Gignac, économiste en chef d’iA Groupe financier. À court terme, c’est un symbole, car l’impact financier n’est pas majeur, mais le geste est rassembleur ».   

Pas de miracle  

De petits commerces ayant dû fermer boutique subitement au cours des dernières semaines pourraient, par exemple, bénéficier d’un engouement pour l’achat « fait au Québec », même si on ne doit pas s’attendre à voir la demande ou les profits exploser, dit-il.   

Ce n’est toutefois pas cette mesure qui va permettre le redressement de l’économie québécoise, note Sébastien Lavoie de la Laurentienne, rappelant qu’Ottawa a débloqué à lui seul 260 milliards $ pour lutter contre les impacts économiques de la COVID-19.   

  • ÉCOUTEZ la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec pour Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec, à QUB Radio:  

M. Lavoie espère que des PME réfractaires vont profiter de cette occasion pour faire leur virage web.   

« Quand on regarde ce que le Québec achète sur le web, par rapport à ce que nos entreprises vendent, l’écart est majeur. »  

Les Québécois devront probablement se résoudre à payer un peu plus cher s’ils veulent soutenir des entreprises locales, ajoute-t-il.   

Pour Jean-Denis Garon, professeur d’économie à l’UQAM, ce sont d’abord les entreprises québécoises de l’agroalimentaire qui risquent de tirer le mieux leur épingle du jeu au cours de cette crise.  

L’ex-ministre libéral Clément Gignac espère maintenant voir des gestes semblables posés à l’échelle canadienne. « Le potentiel des échanges commerciaux entre provinces est énorme. »  

Les trois leaders du Panier Bleu  

Alain Dumas   

  • Directeur général    
Photo courtoisie
  • A piloté le premier site de commerce électronique alimentaire en Amérique avec IGA, en 1996  
  • Ancien président du CA du Conseil canadien du commerce de détail 
  • 30 ans d’expérience en marketing.    

Alexandre Taillefer   

  • Conseil d’administration    
Photo Simon Clark
  • Fondateur et principal associé de XPND Canada  
  • Fondateur de la société Intellia  
  • A dirigé la division numérique de Québecor  
  • Cofondateur de Stingray Digital  
  • Fondateur de Mishmash Média.    

Sylvain Prud’homme   

  • Conseil d’administration    
Photo Martin Alarie
  • 30 ans dans le commerce du détail  
  • Ancien PDG de Lowe’s Canada  
  • Ancien président de l’exploitation chez Sobeys (région de l’ouest)  
  • Ancien v.-p. exécutif chez Walmart Canada  
  • Ancien v.-p. exécutif chez Loblaws Canada.