/news/politics
Navigation

COVID-19: Québec souhaite offrir du répit aux parents d’enfants handicapés

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux Lionel Carmant
Photo d'archives, Simon Clark Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux Lionel Carmant

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les mesures de confinement se prolongent, Québec veut constituer des équipes d'intervenants «protégés» pour donner du répit à domicile aux parents d'enfants à besoins particuliers.

«Ça fait déjà trois ou quatre semaines qu’ils sont confinés chez eux et les parents sont très craintifs de laisser venir des gens dans leurs domiciles parce que [leurs enfants] sont particulièrement vulnérables», a indiqué le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, en entrevue, lundi.

Selon le scénario étudié par Québec, des intervenants se rendraient à domicile avec «les équipements de protection requis» pour permettre aux parents de souffler, précise-t-il. Cela devrait toutefois se faire en accord avec les consignes de la santé publique selon chaque région de la province.

Aussi, le gouvernement étudie l’option de bonifier le chèque emploi-service auxquels ils ont droit afin d’avoir de l’aide à domicile.

Du renfort pour contacter les familles

Par ailleurs, le gouvernement a fait appel à la Fédération québécoise des organismes communautaires Familles afin que leurs intervenants appellent les foyers qui ont déjà fait appel à ses services pour s’assurer de leur bien-être.

«Ils sont en lien avec la Direction de la protection de la jeunesse, on les a mis en contact, si jamais il y a des situations qui sont soulevées», indique le ministre Lionel Carmant en précisant que 200 000 familles dont 150 000 avec un enfant de moins de 5 ans peuvent ainsi être jointes.

Québec s’inquiète de la baisse de 20 % du nombre de signalements à la Direction de la jeunesse depuis le début des mesures de confinement mises en place pour ralentir la propagation du virus.

La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) est considérée comme une «activité essentielle» au même niveau que les hôpitaux et les CHSLD, a indiqué le ministre Lionel Carmant. Ainsi, ses intervenants ont accès à tout le matériel de protection dont ils ont besoin pour mener leurs activités.

Aucune éclosion en centre jeunesse

Concernant les centres jeunesse où leurs résidents sont présentement confinés, Lionel Carmant souligne qu’aucun foyer d’éclosion n’y a été rapporté jusqu’ici.

Le gouvernement travaille à leur acheminer des «outils de communication» à ces jeunes afin qu’ils puissent contacter leurs familles, dit le ministre. Une annonce en ce sens devrait être faite sous peu, ajoute-t-il.

Québec espère pouvoir aussi faire «d’une pierre deux coups» en donnant accès à ces outils aux jeunes afin qu’ils puissent continuer leurs parcours scolaires.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.