/sports/opinion/columnists
Navigation

Pêche maintenue mais adaptation nécessaire

Pêche
Photo courtoisie, Karl Tremblay Les amateurs de grande nature rêvent présentement de se retrouver dans des endroits comme celui-ci. Patience, ça va bien aller !

Coup d'oeil sur cet article

Alors que nous vivons une période extrêmement difficile en raison de la COVID-19, les amateurs de plein air du Québec ont reçu une bonne nouvelle : les dates d’ouverture des saisons de chasse et de pêche sont maintenues. 

Cela signifie donc qu’il y aura une saison de pêche, une fois que cette tempête sera passée. 

Plusieurs amateurs se posaient la question. Le ministre des Forêts de la Faune et des Parcs, M. Pierre Dufour, a choisi de leur faire confiance. 

«La situation actuelle nous oblige à rappeler sans cesse les recommandations de la Direction nationale de la santé publique, afin de minimiser la propagation de la COVID-19. C’est pourquoi je compte sur la collaboration des adeptes de chasse, de pêche et de piégeage pour respecter toutes les consignes en vigueur.» 

Voilà l’avertissement que le ministre sert aux adeptes. Il veut bien leur faire confiance sauf qu’ils doivent en retour s’en montrer dignes. 

C’est pour cette raison que dans son communiqué officiel, il a tenu à rappeler qu’il faut éviter de se déplacer d’une région à l’autre, sauf en cas de nécessité. 

Les déplacements en lien avec les loisirs ne sont pas considérés comme nécessaires. 

Il demeure interdit de se rassembler à l’intérieur ou à l’extérieur et il faut maintenir en tout temps une distance de deux mètres entre les individus. Le camping sur les zones d’exploitation contrôlées (Zecs) est interdit. 

Ainsi, à compter du 24 avril prochain, les amateurs de pêche et les chasseurs de dindons pourront pratiquer leurs activités en respectant à la lettre les mesures de la Santé publique. Dans plusieurs régions, de nombreux adeptes ont accès directement à la ressource, sans avoir à se déplacer, mais ça demeure un petit groupe. 

Ils seront prêts 

En réalité, dans bien des secteurs du Québec, il faut attendre à la deuxième semaine et même à la troisième de mai pour que les cours d’eau et les lacs soient accessibles pour la pêche. 

Alors, il ne sert à rien de bousculer et d’essayer de contourner les consignes. 

Tous les territoires organisés, soit les zecs, les réserves fauniques, les parcs nationaux et les pourvoiries, seront prêts au moment où il sera possible pour eux de recevoir les amateurs de nature, que ce soit pour la pêche ou la villégiature. 

Une tournée auprès de plusieurs, nous a permis de constater qu’ils sont tous à préparer le retour des adeptes, en adoptant de nouvelles façons de faire. 

Nouvelle façon d’accueillir les gens qui visitent les territoires, augmentation des mesures d’hygiène, minimiser les contacts directs, autant d’éléments sur lesquels ils travaillent. 

N’oubliez pas que si vous décidez de pratiquer des activités, comme le veut la loi au Québec, vous devez détenir un permis de pêche, de chasse ou de piégeage en règle sauf pour la zone 21(fleuve Saint-Laurent). 

Les permis sont disponibles chez des mandataires qui figurent parmi les services essentiels. 

Patience 

Mais, rien ne presse. Attendez que la situation s’améliore. En attendant, prenez le temps de bien vous préparer en révisant tous vos équipements, vêtements et autres dont vous aurez besoin pour pratiquer votre activité favorite. 

Les agents de protection de la faune ne sont pas en congé. Ils pourront agir si jamais leur intervention devenait nécessaire. 

La bonne nouvelle, c’est qu’il y aura une saison de pêche, à moins que les choses changent radicalement comme le soulignait le ministre. S’il y avait un changement, le MFFP le ferait savoir rapidement. 

Soyons responsables en tant que chasseurs et pêcheurs afin que nos vies redeviennent normales le plus rapidement possible. 

Adrénaline Sports toujours présent 

À la suite des évènements sans précédent entourant la COVID-19, le groupe Adrénaline Sports et TY Moteurs, qui regroupe six succursales dans l’est du Québec dans le domaine des produits récréatifs, ne reçoit plus de clients dans ses établissements. 

«Nous nous devions de répondre aux consignes de la santé publique et fermer nos succursales pour protéger nos clients et nos employés. Cependant, il faut que les gens sachent que si nous ne sommes pas disponibles physiquement, ils peuvent communiquer avec nous parce que nous avons adapté notre offre», explique Steven Vachon, coordonnateur marketing. 

«Nous avons mis à la disposition des amateurs divers moyens pour les servir soit par téléphone, sur les sites web des succursales, ou encore par le biais des médias sociaux. Pour les besoins en pièces, vêtements et accessoires, nous avons notre propre site le Peakboys.ca. La boutique en ligne est accessible sur le site web de chacune de nos succursales. Que ce soit pour acheter une motoneige, un bateau, un quad, tout ce qui peut se rapporter à notre domaine d’expertise, nous sommes toujours disponibles», ajoute-t-il. 

Acheter ici 

En conclusion, M. Vachon a tenu à souligner que «dans de tels moments, nous sommes fiers de représenter une marque telle que Ski-Doo, dont les produits sont fabriqués ici à Valcourt, au Québec. Cela permet d’encourager l’économie locale et les gens de chez nous».