/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: L’éloignement pour plusieurs mois

Les Québécois vivront un été d’après-crise marqué par un changement de culture

GEN-COVID-19
Photo Agence QMI, Joël Lemay Émeline David et Amélie Dumont étaient à environ deux mètres l’une de l’autre mercredi au parc Jarry, à Montréal, comme le demande le gouvernement.

Coup d'oeil sur cet article

Sortir du confinement ne signifie pas pour autant revenir à une vie normale. Les entreprises devront changer leur façon de faire, le sort de l'année scolaire est incertain et oubliez les festivals. François Legault prévient que la consigne d'éloignement social de deux mètres sera maintenue durant plusieurs mois. 

• À lire aussi: Le cap des 10 000 cas franchi au Québec: tous les résidents seront testés en CHSLD  

• À lire aussi: [EN DIRECT MERCREDI 8 AVRIL] Tous les développements de la pandémie  

Encouragé par un taux d’hospitalisation qui se stabilise, le premier ministre affichait mercredi un optimisme assumé quand il s’est présenté devant les médias pour faire le point sur l’état de propagation du coronavirus.  

« On est en train de voir la lumière au bout du tunnel, on est en train, si ça continue comme ça, de la gagner, cette bataille-là ! » a-t-il lancé, en ouverture.  

Si certains se sont aussitôt mis à rêver d’un barbecue en famille en compagnie de mamy et papy ou d’une soirée au Festival d’été, ils ont vite déchanté. 

François Legault a rapidement précisé ce que signifie sortir du confinement, enjoignant aux Québécois de se préparer à un « changement de culture ». 

La reprise se fera progressivement 

La reprise des activités sociales et économiques se fera très progressivement, a indiqué le premier ministre, qui a annoncé que le Québec avait franchi la barre des 10 000 cas confirmés de COVID-19. « La consigne du deux mètres va rester pour des mois », a-t-il insisté. 

Les entreprises pourront rouvrir leurs portes graduellement et la priorité sera donnée à celles qui seront en mesure de faire respecter la consigne d'éloignement social. 

Les compagnies devront également être flexibles concernant les horaires de travail de leurs employés, pour ne pas surcharger les transports en commun aux heures de pointe. 

La construction résidentielle devrait d’ailleurs être un des premiers secteurs à reprendre vie, notamment pour éviter que des familles qui devaient emménager dans une maison neuve se retrouvent à la rue. 

Écoles et garderies  

Respecter une distance de deux mètres entre les individus est toutefois beaucoup plus ardu chez les enfants. 

François Legault a reconnu que son gouvernement et les autorités de santé publique réfléchissent à la possibilité de ne pas rouvrir les écoles d’ici la fin de l’année scolaire. Les préoccupations sont les mêmes pour les garderies. 

« Ça fait partie des discussions qu'on a actuellement. Bon, évidemment, deux mètres des personnes âgées, ça, c'est sûr. Idéalement, deux mètres de toutes les personnes, donc ça suppose de se poser des questions, autant pour les garderies que les écoles. Donc, il peut y avoir une reprise qui soit graduelle. » 

Festivals probablement annulés 

Les festivals qui agrémentent la vie des Québécois et des touristes durant la période estivale, comme le Festival d’été de Québec ou Osheaga, seront vraisemblablement annulés. François Legault n’a pas fait de cachette sur le sort qui les attend. 

« À partir du moment où on dit : la règle du deux mètres va s'étendre sur une plus longue période, effectivement, c'est peu probable qu'on soit capables d'avoir ce genre de festival cet été. » 

Le premier ministre canadien Justin Trudeau est aussi d’avis que les mesures sanitaires pour freiner la propagation du coronavirus ne doivent pas être relâchées avant « quelques mois ».  

GEN-COVID-19
Photo Stevens LeBlanc

« C’est une nouvelle culture [...] Donc, essayons tous ensemble de commencer à visualiser que, pour un certain nombre de mois, on va rester à deux mètres des autres personnes. »  

— François Legault, premier ministre du Québec  

GEN-COVID-19
Photo Stevens LeBlanc

 « Je pense qu’on va devoir vivre autrement jusqu’à temps qu’on pense que le risque ne va pas réémerger. »  

– Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique du Québec  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.