/news/currentevents
Navigation

Arrêtée pour avoir craché sur une femme

Elle risque une accusation de voie de fait

Arrêtée pour avoir craché sur une femme
Photo Agence QMI, Guy Martel

Coup d'oeil sur cet article

Une femme de 23 ans a été arrêtée et pourrait être accusée de voie de fait ainsi que de nuisance publique après qu’elle aurait craché volontairement au visage d’une autre cliente d’un dépanneur Couche-Tard sur l’avenue d’Estimauville.

Les enquêteurs de Québec ont procédé à l’arrestation de la femme après qu’une enquête eut été ouverte pour une cliente qui aurait craché au visage d’une autre femme. Les événements se sont produits dimanche après-midi à l’entrée du Couche-Tard de l’avenue d’Estimauville. 

Les policiers ont dû intervenir dimanche dernier à ce dépanneur de l’avenue d’Estimauville quand une cliente se serait fait cracher dessus par une autre femme. Cette dernière s’était sauvée avant l’arrivée des forces de l’ordre.
Photo Agence QMI, Guy Martel
Les policiers ont dû intervenir dimanche dernier à ce dépanneur de l’avenue d’Estimauville quand une cliente se serait fait cracher dessus par une autre femme. Cette dernière s’était sauvée avant l’arrivée des forces de l’ordre.

À cet endroit, des mesures de distanciation ne permettent que cinq clients à la fois à l’intérieur. Dimanche, la « cracheuse » et la victime attendaient vraisemblablement à l’extérieur avant d’entrer dans le commerce lorsqu’une altercation a eu lieu. 

C’est à ce moment que la femme de 23 ans aurait craché. Couche-Tard a refusé de commenter l’événement.

Accusations à venir

Lorsque les policiers ont été appelés sur les lieux après l’événement, la suspecte était déjà partie. Selon David Pelletier de la police de Québec, la suspecte a collaboré et s’est présentée de son propre gré au service de police après que les médias eurent fait état de l’événement et de l’enquête pour la retrouver.

Au terme de l’interrogatoire qui a eu lieu mercredi matin, elle a été informée que des accusations criminelles de voie de fait et de nuisance publique pourraient être déposées. C’est le DPCP qui évaluera le dossier et déposera ultimement des accusations. 

La suspecte a été remise en liberté sous promesse de comparaître. Plusieurs conditions lui ont été imposées.

La police de Québec rappelle qu’elle prend très au sérieux toute situation qui peut mettre à risque la santé des gens.