/opinion/blogs/columnists
Navigation

L’été 2020 à la trappe?

Les Trois Accords lors de leur prestation au Festif! de Baie-St-Paul l'été dernier.
Photo Caroline Perron Les Trois Accords lors de leur prestation au Festif! de Baie-St-Paul l'été dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Préparez-vous, l’été 2020 sera celui du confinement prolongé...  

Sur le compte Twitter du Festif! de Baie-Saint-Paul, on annonce l’annulation de l’édition de cette année, qui devait avoir lieu fin juillet. Je m’y attendais, ce n’est pas une surprise, mais quand même une grosse déception. Au cours des dernières années, ce festival est devenu un essentiel de mon été. 

Quelques minutes après, on annonçait l'annulation du Festival d’été de Québec... 

Les Franco et le Jazz à Montréal, et quoi encore? C’est simple, comment tenir ce type d’événements tout en respectant la consigne – prolongée – de l’éloignement social, les fameux deux mètres entre chaque personne?

Les rigueurs des hivers, pour nous, sont en quelque sorte compensées par des étés festifs, la joie d'événements petits et grands. Tenez, autant j’avais hâte au Festif! ou à cet autre incontournable, le Festival Mémoire et racines (deux événements qui, incidemment, en 2020, devaient se tenir le même week-end!), c’est aussi la réunion de Rage Against the Machine qui risque de passer à la trappe. Certains devaient les voir à Québec; nous, c’était au BluesFest d’Ottawa. 

Autant s’y faire. Autant s’y résoudre et s’y préparer.  

Car nous devrons bien apprendre quelque chose de tout cela. Il me semble que l’option «revenir comme avant» n'a tout simplement aucun sens. Il y aura un «avant-COVID-19» et un «après».  

Toutefois, nous sommes encore trop contemporains de tout ça pour définir l’«après».  

Une chose est certaine: dans la longue série de mesures d’appui aux citoyens, aux entreprises, aux PME, il nous faudra faire une place aux initiatives culturelles comme le Festif!, comme Mémoire et racines, pour que l’été 2021 ne soit pas celui de l’absence de ces événements, importants pour les régions où ils sont tenus. 

Éloge de la décroissance 

L’été 2020 pourrait-il être celui de la «décroissance»? À défaut de nous rassembler par centaines, par milliers, l’été des rendez-vous à plus petite échelle, bien réglés à la sauce de l'éloignement social?  

Car ce peuple grégaire ne saurait rester confiné complètement indéfiniment. Au chalet ou en camping, il serait possible de faire un peu plus de place entre les chaises autour du feu...  

On verra. Des pays comme le Japon ou la Chine, où l’on croyait que le «déconfinement» était en cours, ont dû se résoudre à rétropédaler et réimposer des mesures strictes d'espacement social.  

Les leçons sont là, devant nous. Si nous relâchons trop vite les mesures, nous reviendrons en arrière. Et il sera encore plus difficile d’engager tout le monde à respecter les mesures d'espacement.  

Il faut faire les choses correctement. Il faut accepter que l’été 2020 risque d’être bien différent des autres...