/lifestyle/food
Navigation

Cette année, on fait notre chocolat de Pâques

CASA 0411 Dossier principal
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les célébrations entourant Pâques seront différentes cette année, avec le confinement auquel nous faisons face. Comme certains disposent d’un long week-end et donc d’un peu plus de temps qu’à l’habitude avec leurs enfants, pourquoi ne pas faire son propre chocolat ?  

Ceux et celles qui souhaitent obtenir des bouchées qui s’apparentent à celles des chocolateries opteront pour le processus de cristallisation du chocolat. Mais pour les autres qui ne veulent pas se casser la tête, ça prend d’abord un minimum de concentration et de patience.  

On doit se munir d’une spatule, d’un bain-marie ou d’un bol qui va au micro-ondes, de papier parchemin et d’un thermomètre, outil primordial quand vient le temps de parler de chaleur, soit 30 ou 31 degrés Celsius pour du chocolat au lait, le préféré des enfants.  

« Il faut commencer par faire fondre les deux tiers du chocolat dans un bain-marie ou au micro-ondes. Ensuite, on ajoute l’autre tiers. Ça fait en sorte que le chocolat non fondu va faire baisser la température du chocolat fondu », explique Chloé Migneault-Lecavalier de la chocolaterie Lecavalier Petrone.  

Miser sur la simplicité  

Par contre, rien ne sert d’avoir des idées de grandeur, dit-on. Deux tasses sont suffisantes pour commencer et on choisit du chocolat de qualité, on ne jette pas son dévolu sur des pépites. Pour obtenir des formes diverses, des moules en silicone peuvent s’acquitter de cette tâche.  

Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est de tempérer adéquatement la substance.  

Ariel Pinsonneault, maître-chocolatière chez Chocolats Favoris
Photo courtoisie
Ariel Pinsonneault, maître-chocolatière chez Chocolats Favoris

« Le chocolat qu’on fait fondre, il est chaud, souligne Ariel Pinsonneault, maître-chocolatière chez Chocolats Favoris. On peut le toucher avec le doigt et s’il est un peu plus chaud que la température du corps, c’est bon pour tremper quelque chose de froid comme des fruits qui vont figer facilement. On peut ensuite les mettre sur une plaque et au frigo. Ils vont être croquants comme si on les avait cristallisés. »  

Raté ? On recommence !  

Si la confection d’un beau et bon chocolat n’est pas la chose la plus facile à réaliser, l’ingrédient sucré possède un avantage important : il est très malléable. Il ne faut donc pas se décourager quand on n’atteint pas le résultat souhaité.  

« Ce qu’il y a de bien avec le chocolat, c’est qu’on peut toujours le refaire fondre, même si on a mis des choses dessus, assure Chloé. La garniture va seulement se retrouver dans le chocolat. Sinon, on le concasse et on le met dans des muffins aux bananes. »  

La cuisine peut donc devenir un véritable laboratoire où se côtoient de multiples possibilités. « À la maison, c’est vraiment intéressant d’y aller avec des recettes à tremper parce que c’est infini ce qu’on peut faire avec le chocolat... [...] Un chocolat, tu peux le faire fondre et recommencer une tonne de fois, ce n’est jamais perdu », abonde Ariel.  

Par contre, lorsqu’on est satisfait du résultat, on doit éviter de bousiller ses efforts.  

« Le chocolat, on ne garde jamais ça au frigo parce que comme le beurre, il va avoir tendance à absorber toutes les odeurs du frigo, rappelle Chloé. Ce qu’on peut faire quand on a fini notre chocolat, c’est de le mettre dans une petite boîte hermétique et la laisser sur le comptoir, loin d’une source de chaleur parce que ça va fondre. Dans une armoire ou un garde-manger, il n’y a pas de problème. »   

Comment faire avec les enfants ?  

Afin d’avoir du plaisir et surtout, de réussir à satisfaire petits et grands, quelques astuces peuvent faciliter la réalisation d’un projet chocolaté.  

1. Formes diverses et scintillantes  

« Si on a des moules en silicone - comme pour cuire les gâteaux -, on peut prendre ça. Aussi, on peut prendre des moules à muffins ou simplement déposer du chocolat sur une plaque de moules à biscuits et mettre des biscuits concassés, des bretzels ou des fruits dessus, des brillants », explique Chloé Migneault-Lecavalier de la chocolaterie Lecavalier Petrone.  

2. Petites bouchées sucrées et colorées  

« Prendre une plaque à pâtisserie, avec un papier de cuisson dessus, la mettre au congélateur et ensuite déposer de petits ronds de chocolat. On peut faire des sucettes avec des décorations, lancer des morceaux de guimauve, du croustillant, des billes ou encore de petites paillettes colorées, bref ce qu’on a, parce que c’est un peu difficile d’aller chercher ce qu’on veut en ce moment », suggère Ariel Pinsonneault de Chocolats Favoris.  

Quoi offrir à ses proches ?  

En ces temps de confinement, une petite pensée sucrée destinée aux êtres chers peut faire le plus grand bien. Les suggestions d’Ariel Pinsonneault, chef chez Chocolats Favoris ?  

1. « Quelque chose de réconfortant : faire notre propre mélange de chocolat chaud pour nos parents. Mélanger de petites pastilles de chocolat ou, avec une plaque, les faire figer, les égrainer, les casser en morceaux, les mélanger avec du cacao et mettre un ingrédient secret que vous savez que vos parents aiment. Après, on fait fondre ça dans du lait chaud. »  

2. « Les petites truffes, c’est aussi très simple à faire. Pour les ganaches : un peu de crème, un peu de beurre, un peu de chocolat et on peut faire des boules de truffe, les tremper dans le cacao ou le sucre en poudre, mélanger des épices. L’important, c’est la qualité : quand on a du bon chocolat et de bons ingrédients, on peut toujours faire des choses rapides et très bonnes. »  

  

Préparation chocolat  

CASA 0411 Dossier principal
Photo Adobe Stock

 Cliquez ici pour consulter la recette.  

Carrés choco-banane  

CASA 0411 Dossier principal
Photo Adobe Stock

Cliquez ici pour consulter la recette.  

Écorces de Pâques  

CASA 0411 Dossier principal
Photo courtoisie

  ► Cliquez ici pour consulter la recette.  

Les minis-brochettes  

CASA 0411 Dossier principal
Photo Adobe Stock

Cliquez ici pour consulter la recette.