/entertainment/tv
Navigation

Épidémie vendue à l’étranger

Épidémie
Photo courtoisie, Yan Turcotte

Coup d'oeil sur cet article

En plein contexte de pandémie mondiale, la série Épidémie, diffusée cet hiver à TVA, a été vendue en Russie et en Turquie. Une version doublée sera d’ailleurs présentée sur une chaîne russe dès le 15 avril.

Il s’agit d’un drôle de hasard compte tenu de la situation actuelle, mais Christine Maestracci, vice-présidente, acquisition et distribution internationale, chez Québecor Contenu, précise que la stratégie de ventes à l’internationale était planifiée bien avant l’éclosion de la COVID-19. 

L’entente avec un distributeur européen a été conclue grâce à la présentation de la série québécoise au festival Séries Mania, qui s’est tenu de manière virtuelle, il y a deux semaines. 

Malheureusement, la fiction, dans laquelle il est question de pénurie de masques et de deuxième vague, a rejoint la réalité.

« On est sensible à la situation, affirme Christine Maestracci. Mais Épidémie, pour nous, c’était déjà prévu qu’on l’amène à Séries Mania. La stratégie n’a pas changé à cause de la situation un peu surréelle qu’on vit présentement. »

Curiosité

La façon de traiter le sujet a évidemment piqué la curiosité, souligne la productrice Josée Vallée. Mais jamais elle n’aurait été vendue si la qualité de la production n’avait pas été au rendez-vous. 

« En moyenne, on a eu 1,61 million de téléspectateurs, explique Christine Maestracci. C’est une série qui a très bien été reçue tant par le public que par la critique. Avec de tels résultats, elle a attiré l’attention à l’international. Au-delà de l’histoire, il y a beaucoup à voir avec la qualité de l’écriture, de la production et du jeu des interprètes. » 

Preuve de la qualité de la production, la Russie et la Turquie ont acheté le format tel quel et n’en feront pas des adaptations. Les Russes ont d’ailleurs choisi de doubler la série, qui met en vedette Julie LeBreton et Mélissa Désormeaux-Poulin, et non de la sous-titrer.